Le débat sur les vélos à assistance électrique n’en finit pas. Pour beaucoup, assistance électrique rime avec septique, critique, … Mais pendant que ces échanges, parfois vifs, fleurissent sur les réseaux sociaux ou dans les salons où l’on cause, les ventes s’envolent chez les détaillants. Il est étonnant de constater d’ailleurs que le segment le plus demandé par les clients est celui du VTT. Paradoxalement, une bonne partie des acquéreurs, se contenteront de rouler sur du chemin facile et même très souvent sur la route avec leurs nouvelles machines. Il reste donc à développer et à faire connaître celui du vélo de route à assistance électrique, et son prolongement gravel élec, pour élargir l’usage du VAE en général.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Specialized a lancé cette année son vélo Creo qui se décline en version route et gravel – photo Philippe Aillaud

Specialized a lancé cette année son vélo Creo qui se décline en version route et gravel. Nous avons vu Julian Alaphilippe rouler sur ce vélo en juillet dernier lors d’une opération de e-séduction lors d’une journée de repos sur le Tour de France. La marque américaine ne s’est pas contentée de poser un moteur électrique sur une partie cycle. Elle a conçu, en partant d’une page blanche, un véritable « système » qui intègre l’aide apportée par la motorisation en l’appliquant à la « mission », ou plus exactement au type de sortie que le cycliste a prévu de réaliser.

De la route au gravel … suivez la piste

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Le Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO, un vélo qui aime passer de la route à la piste et inversement – photo Philippe AIllaud

Autant vous l’avouer immédiatement, si un jour je devais acquérir un VAE, ce serait un e-gravel, car finalement en étant motorisé je ne me priverais pas d’emprunter quelques beaux chemins, dont nous possédons en France, de magnifiques spécimens. Specialized, en partant de son vélo Creo SL, s’ouvre au domaine du VGE (Vélo de Gravel Electrique) avec ce Creo SL Comp Carbon EVO. On retrouve le même cadre que le vélo de route Turbo Creo SL Expert et le fameux moteur SL 1.1 qui est arrivé également dans la gamme VTT de la marque américaine.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
La peinture verte tendance « camo », relativement unique du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO – photo Philippe AiIlaud

Le vélo que j’ai reçu en test attire immédiatement le regard avec sa peinture verte tendance « camo » relativement unique. Les passages de roues autorisent des pneus 700 x 38C, et il y a suffisamment d’espace pour les pneus Pathfinder Pro de Specialized qui promettent suffisamment d’adhérence lorsque vous vous aventurez hors des sentiers battus.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Le vélo que j’ai reçu en test attire immédiatement le regard avec sa peinture verte tendance « camo » qui lui permet de s’intégrer au paysage – photo Philippe Aillaud

Affichant le plus faible poids actuellement dans sa catégorie, un des intérêts de ce vélo reste cependant invisible à l’oeil nu … En effet, Specialized n’a pas voulu implémenter un moteur électrique « catalogue » sur ce vélo, mais plutôt bâtir un écosystème complet en faisant appel à une équipe d’experts pour co-développer les parties cycle, l’ergonomie et la motorisation.

Le moteur SL 1.1 est le coeur de ce système et les sujets comme la connectivité, le logiciel moteur et le développement d’applications ont dû être gérés dans ce projet pour répondre aux besoins des utilisateurs dans leur globalité. Il ne s’agit donc pas d’un vélo sur lequel on a posé un moteur électrique, mais d’un vélo conçu comme un système global. Voyons donc ce qu’apporte cette intégration.

Petit rappel pour ceux qui douteraient encore : un vélo à assistance électrique n’est pas une mobylette, ni même une trottinette électrique, comme on en voit filer de plus en plus sur les trottoirs. Il faut pédaler pour le faire avancer et dès que la vitesse de 25 km/h est atteinte c’est à vous de jouer à 100% avec vos petits muscles. Fin du rappel.

Présentation

Le moteur

Le moteur reste néanmoins l’âme du système. Pour cette partie Specialized a collaboré avec la société d’équipements automobiles Mähle. Les équipes suisse du bureau ebike de Specialized ont travaillé sur ce « petit moteur ». Le challenge consistait à optimiser la consommation pour profiter au mieux de la petite batterie de 320Wh. Un travail important a été également réalisé sur la réduction des pertes liées aux frottements. Et si cette batterie ne s’avère pas suffisante pour vos envie d’aventure, une « réserve » sous la forme d’une batterie supplémentaire est disponible pour prendre place sur le tube vertical, venant se connecter avec un câble sur un prise près du moteur. Nous n’avons pas testé cet accessoire et la batterie standard a été largement suffisante pour nos sorties jusqu’à 80 km qui auraient pu se poursuivre encore un bon moment.

Alors qu’on avait plutôt tendance à voir les gros moteurs, venant du VTT, s’adapter aux e-road, cette fois nous vivons le phénomène inverse avec ce SL 1.1, conçu pour la route / gravel, le voilà qui arrive également dans la gamme VTT chez Specialized sur le Levo SL. Le « downsizing » devient tendance aussi sur les pistes du VTT. Des essais intéressants sont à lire sur Vojo et sur Endurotribe.

Le moteur SL 1.1 est léger 1,95 kg , il double l’effort du cycliste avec jusqu’à 240 watts d’assistance relativement silencieuse et suffisamment puissante. La courbe de couple réactive du moteur délivre une puissance adaptée à votre cadence de pédalage normale. On ne perçoit aucune aucune rupture ou résistance lorsque l’on roule sans assistance. Le seul grief que je ferais à ce moteur, c’est son bruit.

Et le reste …

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Avec le Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO je me fonds dans la nature – photo Philippe AIllaud

Côté design comme vous avez pu le voir on est dans la tendance écolo, type je me fonds dans la nature. Pour ce modèle vert mat moucheté de noir rien à dire question goût : moi ça me plait bien.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO

Je retrouve le cintre « Aventure » que j’avais pratiqué sur le test du Sequoia, et qui s’avère intéressant avec le rehaussement de la position de pilotage. Pour la selle pareil, mes fesses se retrouvent en terrain connu avec la super selle Power qu’elles avaient eu l’avantage de tester dans un article précédent.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Le système Future Shock 2.0 – photo Philippe Aillaud

Le sytème d’amorti avant Future Shock 2.0 est un vrai bonheur pour filtrer les vibrations ressenties sur les terrains rugueux. Il diminue la fatigue des bras et du haut du corps. Une molette en forme de bouton permet d’ajuster la compression de complètement ouvert à rigide.

La tige selle télescopique est présente sur ce vélo avec sa commande au guidon, mais je ne l’ai pas utilisée. En fait je n’en vois pas trop l’intérêt sur un gravel pour mon usage, mais certains apprécieront.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Les pneus Pathfinder Pro avec leur bande de roulement centrale lisse – photo Philippe Aillaud

Les pneus Pathfinder Pro sont solides et intéressants avec leur bande de roulement centrale bien lisse pour un meilleur rendement sur la route.

La géométrie

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Le Stack assez haut renforcé par le guidon Aventure procure une position assez haute et confortable sur ce Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO – photo Bike Café

Reach 379 Stack 592 … ça me change de mon WishOne a la géimétrie plus sportive avec son reach de 385 ke suis plus couché et le stack est plus bas 571. L’angle de tube de selle est important : 74° (comme le URS de BMC) pour 73° sur mon vélo perso. Pour la direction je retrouve mon degré de différence 72,5° pour le Spé et 71.5° pour mon WishOne.

L’application Mission Control

Mission Control est une application Specialized dédiée à la gamme de vélos électriques Turbo. Elle permet au cycliste d’ajuster les modes d’assistance, de planifier et d’enregistrer les parcours. Elle possède une fonction diagnostic pour faire le suivi de son système. L’appli est disponible sur l’App Store (Apple) ou au Google Play Store (Android). Après téléchargement il faut créer un compte votre adresse mail sur le site de l’application.

Pour connecter l’appli à votre vélo il faut activer le Bluetooth dans les paramètres de votre téléphone. Allumez le système de votre vélo Turbo et dans les paramètres de l’application Mission Control, sélectionnez MES VÉLOS et cliquez sur le vélo ou le numéro de série correspondant au vôtre. L’appli aura besoin la première fois de votre code d’appairage situé à l’intérieur du boitier.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Le numéro qui servira à l’appairage via Bluetooth du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO est caché … photo Bike Café
Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
L’appli Mission Control – les réglages
Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
L’appli Mission Control – Check du système

Pour ce test, n’étant pas très « geek » je me suis contenté de pédaler en utilisant les réglages moyens. Le tuning du système, que je n’ai pas vu aussi poussé sur les systèmes concurrents, est assez complet. Il vous occupera un moment et il faudra faire des tests notamment sur l’adéquation de la consommation électrique en fonction d’un parcours.

L’essai

Mes deux expériences précédentes en matière de e-gravel sont les essais du Cannondale Synapse Neo et du Look E-765 … Des moteurs aux puissances comparables : Bosch Active plus de 250W pour le premier et Fazua pour le second. Dés les premiers tours de roues, sur les pistes locales le Creo, m’a semblé plus joueur et manœuvrant que le Cannondale Synapse Neo, handicapé par son poids. Dans ce domaine il dépasse légèrement le Look qui est desservi par une motorisation Fazua pour laquelle il faut veiller à garder la cadence en nombre de tours minute pour maintenir une bonne assistance. Sur le Creo, comme sur les deux autres vélos, on a l’impression de rouler sur un vélo normal et les transitions entre assistance et coupure sont imperceptibles. En version moteur coupé le poids du vélo, va donner l’avantage à ce Creo en matière de rendement.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Petites routes … mains dans le fond du cintre la position est assez haute – photo Bike Café

J’ai testé ce vélo sur route et en mode gravel. Sur les DFCI, c’est un vrai bonheur. Le seul « hic », et c’est le défaut ergonomique du bouton de changement de mode d’assistance : lorsque qu’on est au premier niveau d’assistance (Eco), bien suffisant la plupart du temps, et que je passe au niveau intermédiaire (Trail) pour basculer une rampe à 18% pour redescendre au premier niveau je suis obligé de passer par la case maxi (Turbo). Il faut faire le tour du cadran, ce qui en gravel est plutôt gênant, car on change souvent de niveau d’assistance et comme il faut aussi et en même temps changer de braquet, ça rend la manœuvre un peu compliquée. Du coup je suis resté sur certains tronçons sur le niveau d’assistance niveau intermédiaire … Sur route c’est moins gênant, car les profils varient moins souvent, mais néanmoins je pense qu’un retour arrière comme sur le Fazua serait plus efficace. Par contre rien à dire sur l’efficacité et l’ergonomie du système Future Shock 2.0., ce truc est génial sur les chemins et je l’ai utilisé aussi sur les routes parfois granuleuses de l’arrière pays.

Autonomie

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Sur une sortie de 80 km avec 1100m de D+ il n’est restait que 3 – photo Philippe Aillaud

Mes sorties les plus longues ont été de 75 km / 80 km. Pour ces sorties, et pour les raisons évoquées plus haut, j’ai conservé le réglage intermédiaire qui sera je pense celui du cycliste moyen. Avec ce mode je suis passé sur des DFCI avec des pentes allant jusqu’à 18% avec le 42 dents. Le vélo en avait encore largement dans la musette et le bonhomme se frisait les moustaches. Sur une sortie : balade le long du canal EDF le long de la Durance je suis rentré avec 5 barrettes, dans l’autre avec 1100m de D+ il n’est restait que 3. Tout dépend de l’énergie demandée par le moteur lors de vos sorties. C’est là qu’il faut se pencher sérieusement sur l’application Mission Control pour optimiser les réglages et mieux gérer sa consommation électrique. Ce dispositif présente un net avantage par rapport aux réglages des équipements concurrents qu’il faut confier à un spécialiste en magasin. A parte celui du e-bile motion mais qui ne pousse pas aussi loin le paramètrage. Pour les plus gourmands en kilométrage, il y a la possibilité d’acquérir une batterie additionnelle. En version standard sans optimisation fine sur une sorties chemins et route sans trop de dénivelé on peut estimer l’autonomie entre 100 et 130 km à moduler en fonction du poids du cycliste et de sa forme physique. Je fais 65 kg et je suis un peu entraîné.

Le poids

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
La pesée du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO chez mon vélociste AJP Cycles à Aix – photo Bike Café

Champion sur la balance, avant de le peser chez mon vélociste AJP à Aix, je ne le croyais pas : 13,29 kg avec les pédales, le compteur, les portes bidons. On se retrouve avec un différentiel de 1,5 kg voir plus par rapport à ses concurrents, je peux vous dire que ça compte, dès que l’on dépasse les 25 km/h.

Le comportement

C’est le gros point fort de ce vélo au centre de gravité placé très bas. Regardez la photo et vous verrez que la masse se situe assez bas et bien au centre par rapport à la position du cycliste.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
La répartition des masses  est bonne et elle favorise un comportement très sain de ce vélo – photo Philippe Aillaud

J’ai apprécié les descentes sinueuses et j’ai trouvé ce vélo particulièrement sûr et précis dans ses trajectoires. Dans les relances en danseuse, le vélo est moins pataud que le Cannondale que j’avais testé. Il fait la pige également au Look, que j’avais essayé et sur lequel on avait une position plus sportive. Le Look étant handicapé dans cet exercice par le fait qu’en danseuse on met naturellement du braquet et que le Fazua n’avance plus si il n’a pas les tours minute suffisanrs. Le SL 1.1 est de ce point de vue plus tolérant car il continue à délivrer de l’aide même si le moulin ralentît.

Test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO
Petite pause lors du test du Specialized Turbo Creo SL Comp Carbon EVO – photo Bike Café

Le bilan

Malgré ma bienveillance naturelle, il me faut quand même balancer quelques critiques qui viendront principalement du bruit du moteur. À certains niveaux de régime et en pleine nature on n’entend que ça. Au fur et à mesure de l’essai et des différentes sorties ce bruit s’est estompé. Est-ce moi qui m’habituais ou est-ce que j’avais passé la période de « rôdage » ? … Pour poursuivre sur les moins, il y a l’ergonomie de la commande d’assistance qui nous oblige à faire le tour des trois modes pour revenir au premier. Je préfère la flexibilité du système Fazua qui autorise les « aller-retours » entre les divers modes d’assistance, car j’ai tendance à utiliser le mode éco, et parfois le mode intermédiaire.
Côté mise en charge de la batterie on sera obligé d’avoir une prise à proximité alors que sur le système Fazua on peut enlever la batterie pour la recharger ailleurs, dans la chambre par exemple lorsqu’on voyage.
Le Q-factor est plus important à cause de la largeur du bloc moteur, mais cela ne pas gêné, même si vu de l’arrière on fait plus « facteur » au niveau du pédalage.

Mais les avantages sont nombreux : la souplesse de ce moteur est remarquable, le vélo se pilote dans un rail, le système Future Shock est génial, les accessoires « maison » (selle, guidon, pneus, …) sont vraiment biens et adaptés à la pratique du gravel. Pour finir le système Mission Control ravira les « geeks » qui pourront, sans aller chez leur vélociste, adapter le vélo à la mission. Un excellent vélo pour lequel malheureusement le prix calmera les ardeurs de beaucoup de cyclistes.

Caractéristiques

  • Chaîne : Shimano Ultegra
  • Pédalier : Praxis, alliage forgé M30, offset personnalisé – plateau 46 dents
  • Leviers de frein hydrauliques Shimano GRX 810, changement de vitesse mécanique
  • Cassette Sunrace, 11 vitesses, araignée en alliage, 11-42 dents
  • Dérailleur Shimano RX812 GX, Shadow Plus, 11 vitesses
  • Pneus : Pathfinder Pro 2Bliss Ready, 700×38 mm
  • Selle Body Geometry Power Sport, rails Cr-Mo creux
  • Tige de selle télescopique X-Fusion Manic, 50 mm de débattement
  • Potence Stem, Pro
  • Guidon Aventure spécialisée Gear Hover, 103 mm de baisse x 70 mm de portée x 12 ° évasé
  • Freins Disque hydraulique Shimano GRX 810
  • Future Shock 2.0
  • Cadre Carbone FACT 11r, Open Road Geometry, axes traversants avant / arrière, batterie de tube diagonal entièrement intégrée, acheminement interne des câbles, supports de garde-boue / rack, Boost ™ 12×148 mm
  • UI / REMOTE TCU spécialisé, état de charge à 10 LED, affichage du mode de conduite à 3 LED, ANT + / Bluetooth®
  • Batterie SL1-320 spécialisé, entièrement intégré, 320 Wh
  • Chargeur spécifique, système 48 V avec prise de chargeur pour système SL
  • Moteur SL 1.1 léger personnalisable
  • Prix : 6.499,00 €

Infos sur : https://www.specialized.com/at/en/turbo-creo-sl-comp-carbon-evo/p/170431

La galerie de photos

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Patrick,
    entièrement d »accord avec toi la commande de changement de puissance et mal conçue
    le l’ai de suite signaler a mon revendeur lors de mon essaie
    depuis j’ai craquer pour ce velo il m’a adapter une commende au cintre très discrète et plus ce problème de faire le tour on monte et décents l’assistance.
    pour Mission Control c’est un plus j’arrive allègrement avec un réglage bas a plus de 170 km sur plusieurs sorti.
    je ne vais pas l’utiliser toute l’année mais l’hiver c’est vraiment un plus pour moi…
    pour tout les grincheux penser au personne qui pratique le vélo avec passion et qui n’on plus la santé c’est vraiment un plus pour nous .
    j’avais avant un Giant e road c’était vraiment un tracteur a cote de ce vélo

  2. Bonjour,

    Je suis un petit peu surpris par le poids.
    En effet, j’ai pesé un SL comp carbon en taille M, avec des pneus Tracer Pro plus légers montés en tubeless, des manivelles en carbone, et une tige de selle S-Works, des pédales de 250g, tout le reste étant identique, le poids était des 13.45kg.
    Le SL comp EVO devrait peser 14kg environ dans la configuration que vous décrivez, étrange.

LEAVE A REPLY