L’été rime avec chaleur, et cet été nous sommes gâtés dans le sud. Le thermomètre monte facilement à 36°C et il faut s’adapter pour supporter ces températures et les variations entre les 13°C lors de départs très tôt le matin, et les plus de 30°C atteints plus tard.

J’ai choisi et expérimenté quelques produits pour affronter ces températures. Hydratation et aération sont les deux ingrédients d’une sortie estivale réussie.

La gourde isotherme Camelbak Podium Chill

L’hydratation en vélo est stratégique. Un bidon isotherme peut s’avérer être très utile lorsque la balade dure plusieurs heures. Depuis le début de l’été l’utilise ce bidon Camelbak Podium Chill … Chill veut dire refroidissement, n’exagérons pas quand même, l’eau ne sera pas refroidie toute la journée. Il faut quand même reconnaître que ça marche et que l’eau reste plus fraîche, en tout cas plus longtemps, que dans un bidon classique.

Bidon de vélo isotherme Camelbak Podium Ice
Bidon de vélo isotherme Camelbak Podium Chill … On refait le plein à la fontaine de Saint Antonin aux pieds de la Sainte Victoire – Photo Philippe Aillaud

L’isolation thermique ne donne pas de goût particulier au liquide contenu dans la gourde. Étant, par principe, opposé aux « poudres » énergétiques, je n’ai pas testé le bidon avec ces mélanges parfois agressifs. Je roule « naturel » emportant fruits secs, bananes, barres bio, … et je me contente d’eau claire. À part une bonne bière éventuellement à l’arrivée, mais je ne la verse pas dans mon bidon de vélo.

Le très bon débit permet par une pression sur le corps de la gourde d’avoir une bonne lampée d’eau à chaque fois. Si vous renversez la gourde bouchon ouvert l’eau de coule pas.

Bidon de vélo isotherme Camelbak Podium Ice
Bidon de vélo isotherme Camelbak Podium Ice sur le cadre du nouveau Méral Louison lors d’un test route sous la chaleur. C’est le modèle 24OZ – 0,7L … il faut ça  – Photo Philippe Aillaud

Caractéristiques

  • Isolation en aérogel : garde l’eau froide 4 fois plus longtemps que les autres bouteilles
  • Ajustement optimisé de la cage: conçu pour s’adapter en toute sécurité à une variété de cages à bouteilles
  • Easy Squeeze : obtenez plus de fluidité avec moins d’effort
  • Capuchon auto-obturant à haut débit : maximise le débit tout en éliminant les éclaboussures et les déversements
  • 100% sans BPA, BPS et BPF: Ride clean, drink clean
  • Facile à nettoyer: les pièces peuvent être séparées pour un nettoyage en profondeur
  • Verrouillage pour un transport étanche
  • Polypropylène TrutasteTM avec HydroguardTM : Goûtez votre eau et rien d’autre, maintes et maintes fois.
  • Contenance : 0,7 l

Infos sur le site 

Prix : 19 €

La première couche Pas Normal Studios

Même en été pour le confort et l’isolation, l’utilisation d’un maillot première couche est intéressante. J’ai découvert cette petite merveille d’isolation qui fonctionne parfaitement grâce à une nouvelle fibre créée par  Polartec.

Test produits été
Les tissus Power Wool sont conçus pour garder votre corps confortablement au sec lorsque vous transpirez. C’était le cas sur la Maures gravel avec 36°C dans la plaine des Maures.

Les tissus Polartec® Power Wool sont conçus pour garder le corps au sec lorsque vous transpirez. Tous les tissus de la série bénéficient d’une structure en maille bi-composant utilisant des fils différents pour chaque face du tissu. Deux surfaces distinctes sont ainsi créées : une pour évacuer l’humidité de la peau, l’autre pour sécher rapidement. Le maillot parait chaud à l’oeil du fait de son épaisseur, mais à l’usage il n’en est rien. Pour moi le prix sera le seul obstacle.

Un été aéré en vélo
Pas Normal Studios adopte le tissu Polartec® Power Wool pour ses premières couches conçus pour garder le corps au sec lorsque vous transpirez … photo Bike Café

Pour bien gérer l’humidité, il faut :

  • Évacuer de la transpiration,
  • Offrir de la respirabilité,
  • Sècher rapidement.

Pour être complet le produit doit :

  • Protéger des mauvaises odeurs,
  • Garder une mémoire de forme,
  • Être lavable en machine.

La couche extérieure en fibre synthétique évacue l’humidité et permet son évaporation. La couche intérieure en laine naturelle se charge de la respirabilité, de l’absorption et de la régulation thermique. La laine évacue l’humidité à l’état de vapeur. Les points de contact sur la surface intérieure du tissu absorbent la transpiration. La transpiration, ainsi évacuée, se disperse rapidement sur la surface extérieure du tissu favorisant l’évaporation. Lorsque la transpiration atteint la face extérieure du tissu, elle s’étale sur une surface plusieurs fois supérieure à sa surface d’origine, permettant un séchage ultra rapide.

Consulter la technologie Polartec® Power Wool

Caractéristiques

  • 51% polyester, 42% laine, 7% élasthanne
  • Polartec® Power Wool ™
  • Action de mèche supérieure
  • Séchage rapide
  • Très respirant
  • Naturellement résistant aux odeurs

Infos sur le site

Prix : 80 €

Les chaussures Giro Empire EC70 Knit

Ce n’est pas vraiment une découverte pour moi car j’utilise ces chaussures depuis 2 ans, principalement en été. J’apprécie toujours leur respirabilité et l’aération que le tissage « knit » apporte à mes pieds par fortes chaleurs. J’avais d’ailleurs à l’époque consacré un test complet de ces chaussures que vous pouvez retrouver ici.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous en 2 ans le tricot n’est pas abîmé, les lacets plats sont très confortables et maintenus par un serrage élastique, ils ne flottent pas au vent.

Chaussures de vélo Giro Knit
Chaussures Giro Empire EC70 Knit – photo Philippe Aillaud

Le thème de ce billet étant consacré à la panoplie d’équipements pour l’été, j’en profite pour reparler de ce modèle. Pour l’instant je n’ai pas trouvé mieux comme compromis entre l’aération et l’efficacité de pédalage. J’ai donc ressorti mes Knit, et franchement l’air qui s’introduit à l’intérieur procure une sensation de fraîcheur appréciable en ce moment. Dans les descentes mes pieds reçoivent avec plaisir cette ventilation et sur des distance longues par grosse chaleur, c’est franchement appréciable.

Infos sur le site

Prix : 200 €

Le maillot ALE Cycling off Road Joshua

La marque italienne nous a habitué à des graphismes originaux et une très bonne qualité de ses équipements textiles. Je suis fan de cette marque depuis que j’ai testé la collection Klimatik cet hiver. Reçue en même  temps que le casque Smith Network, pendant le confinement il m’a fallut attendre pour lpouvoir l’apprécier correctement. Cette tenue comprenant un maillot gravel et un cuissard avec poches que j’ai pu utiliser sur mes pistes favorites.

Maillot Joshua de ALÉ Cycling
Maillot Joshua de ALÉ Cycling … très aéré dans le dos, on peut voir les plantes derrière par transparence – photo Bike Café

Vraiment dans l’esprit gravel

ALE Cycling a parfaitement intégré la nécessité d’offrir aux pratiquants de gravel un très bon confort et un produit léger (250 g). On est maintenu, mais pas serré. Le maillot épouse bien les formes, les poches arrières sont profondes, … Petit détail : la protection de fermeture en bas pour ne pas l’accrocher. Côté aération, deux larges bandes de tissu aéré partent des omoplates jusqu’au bas du dos. Seul bémol la manipulation en roulant de la fermeture éclair n’est pas hyper facile. Le tissu très souple et léger ne maintient pas assez le maillot, il faut lâcher les 2 mains.

En terme de ressenti et grâce à sa légèreté, on est avec ce maillot entre chemisette et maillot de vélo.

Le cuissard est également d’excellente qualité. Je le mets souvent lors de mes sorties gravel. Les poches maintiennent bien ce qu’elles contiennent et la peau est de très bonne qualité. Je le porte également lorsque je me déplace en urbain ou péri-urbain avec en haut un t-shirt ou une chemisette et j’utilise les poches dorsales et latérales pour caser clés, téléphone, porte-monnaie, petite pompe, caméra, …

Le maillot Joshua : voir sur le site

Prix : 117,90 €

Le cuissard : voir sur le site

Prix : 138,90 €

 

 

LEAVE A REPLY