En février dernier, je vous avais fait partager mon expérience au sujet de l’Aero Bolt-on, appendice en carbone proposé par la marque sud-africaine Ride Farr, permettant une position plus aérodynamique sur les secteurs les plus roulants et rapides. Si ce dernier équipement était plutôt haut de gamme, celui que je vous propose de découvrir dans ces lignes est bien plus abordable. En effet, ici nous sommes cette fois en présence d’un cintre en aluminium, intégrant de facto un prolongateur, et commercialisé sous la barre des 100 €. Un test commencé dans le Var, notamment sur la randonnée « More Gravel 2020 » et clôturé sur les pistes blanches de Verdun…

Test du Ride Farr Aero Gravel
Le Ride Farr Aero Gravel

Le test d’un cintre n’est jamais anodin, puisque cela implique forcément un changement de cotes, et bien sûr de démonter et remonter les leviers et la guidoline. C’est mon fidèle GT Grade qui fera le cobaye et qui recevra cette greffe sud-africaine. Par rapport à son (excellent) cintre d’origine, les différences ne manquent pas, et pas seulement en rapport avec les prolongateurs intégrés.

La première sortie confirme ce que j’avais pressenti : le Reach est relativement important. La conséquence est sans appel : changement de potence. Une potence de 90 mm vient donc en lieu et place de l’origine de 110 mm afin de compenser le Reach plus important de ce cintre.

Test du Ride Farr Aero Gravel
Test du Ride Farr Aero Gravel une première sortie sans guidoline – photo Laurent Biger

J’ai fait mes premières sorties volontairement sans guidoline, d’une part afin de pouvoir déterminer et régler la position idéale des leviers, et d’autre part afin de mieux ressentir le « flex » de celui-ci. Sur ce point, l’AEROGRVL (tel qu’il est nommé sur le cintre) n’est pas particulièrement « souple ». Plutôt logique au regard de sa forme, puisque le rajout de l’arceau en aluminium soudé au corps principal rigidifie inévitablement l’ensemble. La conséquence est également visible sur la balance avec un poids de 500 grammes pour la version de 44 cm testée ici. Le surpoids en comparaison d’un cintre en aluminium « standard » est donc d’environ 200 grammes.

Test du Ride Farr Aero Gravel
Dessin technique du Ride Farr Aero Gravel

À l’usage

Une fois les leviers réglés et la guidoline posée, le potentiel de ce cintre se dévoile au fil des kilomètres. J’ai fait le choix de ne pas poser de guidoline sur la partie centrale, mais à savoir que c’est bien sûr tout à fait envisageable. D’abord sur route, j’ai rapidement trouvé agréable de pouvoir utiliser ce prolongateur intégré dans les portions rapides (et évidemment plutôt droites), où le gain aérodynamique est facilement quantifiable. D’un point de vue ergonomique, je l’ai même trouvé plus agréable que l’Aero Bolt-on précédemment testé. La raison est qu’ici la prise en main sur ces parties est plus large, et sollicite donc un peu moins les triceps.

Test du Ride Farr Aero Gravel
Test du Ride Farr Aero Gravel avec la guidoline – photo Laurent Biger

Concernant les prises classiques, mains sur les cocottes, le flare de 25° ne sera pas au goût de tout le monde. À commencer par moi, qui préfère un flare moins prononcé (pour ma part, la valeur idéale est de 12°), mais cela est affaire de goût et de physionomie. « Mains en bas », le drop de 124 mm est idéal et assure une excellente stabilité de pilotage, notamment en descente.

Test du Ride Farr Aero Gravel
Test du Ride Farr Aero Gravel mains en Bas, sur une piste à Verdun – photo Laurent Biger

À noter que la partie la plus centrale du prolongateur n’est pas au diamètre de 31,8 mm, ce qui est à prendre en compte pour la fixation d’éventuels équipements. L’espace libre au milieu permet la fixation d’un GPS de taille standard, tout en laissant le dégagement nécessaire pour y glisser les mains pour la position « aéro ».

Test du Ride Farr Aero Gravel
Test du Ride Farr Aero Gravel avec un montage de GPS (Stage Cycling M50) – photo Laurent Biger

Pour conclure

Pour conclure, J’ai trouvé ce cintre intéressant car il permet, pour un coût raisonnable, d’adopter un cintre qui va ouvrir la possibilité d’adopter une position supplémentaire, et ainsi de rajouter encore de la polyvalence à nos chers vélos de gravel. À vrai dire, sur les portions rapides et stabilisées, on prend très vite goût à placer ses mains sur cette protubérance faite d’aluminium.

Si le cintre existe en différentes largeurs, mon seul reproche est de ne pas se voir proposer une version avec une valeur de flare plus faible. Hormis cela, on est bien en présence d’un produit plutôt innovant, esthétique, et de surcroit abordable !

Test du Ride Farr Aero Gravel
Test du Ride Farr Aero Gravel, sur les pistes de Verdun – photo Laurent Biger

Caractéristiques :

  • Matériau : aluminium 6061-T6
  • Flare : 25°
  • Drop : 124 mm
  • Reach : 80 mm
  • Disponible en tailles : 42, 44 (version testée), 46cm
  • Poids : 42 cm – 480 g / 44 cm – 500 g (version testée) / 46 cm – 520 g

Distributeur français : http://alternativsport.com/ridefarr/1607-aero-gravel-alloy.html

Site fabriquant : https://ridefarr.com/int/product/farr-aero-gravel-alloy/

5 COMMENTAIRES

  1. Je découvre.
    Alors si j’ai bien tout compris qu’est ce qu’on m’a dit :
    Le « Reach » c’est la Profondeur du cintre
    Le « Drop » c’est la Hauteur du cintre
    Et le « Flare » c’est l’Angle (décalage) que forment les parties horizontales latérales par rapport à la verticale.
    C’est bien ça ?

    Pfiou j’préfère en Français, j’comprends mieux ^^

  2. Oui, tu as bien résumé et traduit ! On peut également ajouter l’Outsweep et le Backsweep, deux autres valeurs qui ne sont pas toujours communiqué par les fabriquants…
    A bientôt !

LEAVE A REPLY