Annonce

AccueilSUR LE ZINCBRÈVES DE COMPTOIRLe cyclisme est-il devenu un sport de riches ?

Le cyclisme est-il devenu un sport de riches ?

Posée ainsi, la question peut sembler un peu provoc, mais si on en juge par les dérives tarifaires que l’on constate, on peut quand même se demander si le cyclisme est vraiment devenu un sport de riches ? Les petites allusions du style « Cyclisme : le nouveau golf …« , « Vélo de dentiste … »… caricaturent une tendance qui semblerait l’affirmer.   

Le vélo est-il un sport de riches
Faut-il rouler sur l’or pour faire du vélo ? Cette ancienne pub des cycles Dollar évoquais déjà cette relation avec l’argent … 

Les publications de nos tests ou de nos présentations soulèvent souvent des remarques concernant les prix. Doit-on s’auto-censurer et réserver nos parutions aux seuls produits qui seraient considérés comme « bon marché » ? Sur quels critères peut-on dire qu’ils affichent un juste prix ? Est-on sûr, que ces produits « low cost », ne sont pas plus « profitables », que des produits comparables plus coûteux ? Est-on certain qu’ils sont plus « éthiques », et que leur fabrication est « vertueuse » ? … Vaste débat !… Notre choix, sur Bike Café, est de parler de tout (enfin surtout ce qui nous intéresse), sachant que la décision d’acheter tel ou tel produit dont on parle vous appartient. On ne vous met pas le révolver sur la tempe, pour taper le code de votre carte bancaire 😉 

Nos chers vélos

Nos chers vélos
Ce Trek Madone Butterfly qui été utilisé par Lance Armstrong lors de la course du Tour de France en 2009 a atteint un prix incroyable de 500 000 USD lors de la vente aux enchères caritative Sotheby’s contre le cancer. Il a peut-être décoté depuis, à l’image de son ex utilisateur.

Il faut bien l’avouer : on nous entraîne vers du « toujours plus ». C’est le progrès, nous dit-on !… La généralisation des freins à disques est l’exemple même d’une rupture technologique, qui fait passer par la trappe de l’obsolescence, la génération précédente de nos vélos. Les cyclistes pros, malgré certaines réticences au départ, ont dû contractuellement s’aligner car ils sont les « influenceurs » de ce commerce de renouvellement juteux. En effet, pour adopter des disques, il faudra acheter un nouveau vélo. Et la quête du gramme vous coûtera cher

Annonce

Nos chers vélos
Aethos de Specialized à peine plus de 6 kg et 12 000 € – photo Specialized

Le VAE a créé un nouveau marché qui s’ouvre assez largement à une nouvelle clientèle. On aurait pu penser que la masse puisse faire baisser le prix des premiers modèles, mais la sophistication technologique ajoute du coût à ces produits innovants et là encore on ne constate pas une baisse spectaculaire. Le gravel électrique de Triban (Decathlon) est affiché à 4500 €. Ceci dit, le bonus proposé par l’État, permettra, dans certaines conditions, de bénéficier d’une aide financière pour acquérir un VAE.  

En fait, plusieurs études le démontrent : à modèle égal en usage, le prix d’un vélo n’a pas flambé par rapport à l’inflation, c’est peut-être même le contraire. Je vous invite à lire cet excellent article d’Olivier Béart de Vojo Mag. Mais ce qui était vrai, à la date de sa parution en 2019, est sans doute à reconsidérer au niveau des conclusions, car en 2020, après le bouleversement d’un marché malmené par la crise sanitaire mondiale, certains prix ont pas mal bougé. Cet autre très bon article de Guillaume publié par Matos Vélo l’explique parfaitement et je n’ai rien à ajouter à cette analyse. 

Après rien n’empêche à chacun d’être astucieux. On peut faire un montage sympa sur la base d’un cadre et/ou de pièces achetées d’occasion. Le plaisir en sera encore plus augmenté. On peut, de la même façon, en achetant des équipements à droite ou à gauche upgrader sa bécane, pour obtenir un super vélo. Le marché de seconde main devient tendu par les temps qui courent, mais on peut trouver.    

Les équipements 

Le consommateur a cédé longtemps à l’appel du prix et c’est ainsi que les petites marques d’équipements alternatives ont plié l’échine devant Shimano et Sram. Après avoir fait place nette, grâce à un combat tarifaire sans merci, ces marques qui se partagent aujourd’hui l’essentiel du marché des équipements (transmission et freinage), peuvent maintenant augmenter les tarifs. C’est la loi du commerce. Vous avez, je pense, compris que 3 critères : progrès / loi du marché / demande, constituent l’équation produisant cette dérive, et que nos « chers » vélos, en payent aujourd’hui le prix fort.

Le vélo est-il un sport de riches
Maillot Mona Parasol du Café du Cycliste : 155 €

Du côté des textiles on sera sans doute effrayé par certains tarifs et même si Triban nous propose du Mérinos à 60 €, généralement la note « habillement » sera plus salée que celle d’un costume de ville en prêt à porter. Le point sensible sera le cuissard, mais là attention pour ceux qui font des bornes, le choix qui induira un prix conséquent, est presque inévitable. Ceux qui connaissent Assos en savent le prix de cette qualité : 190 € par exemple, pour ce nouveau modèle longue distance Mille GTS.  

Le nouveau cuissard Assos Mille GTS Bib Shorts 190 €
Cuissard Assos Mille GTS … photo Assos 
Annonce

Autre sujet les pneus de vélo. Certains dépassent le prix de nos pneus de voitures. Heureusement on n’a que 2 roues généralement sur un vélo, mais quand même ! On va chercher et peut-être trouver une explication à ce prix élevé dans le process de fabrication et les volumes.  

Le consommateur est-il fautif ?

L’arrivée du commerce en ligne a bouleversé la donne. Il est souvent moins coûteux et plus rapide d’acheter sur Internet que d’aller chez son vélociste. Commander et obtenir une cassette pour votre roue arrière chez votre détaillant demandera plus d’une semaine, alors que sur un site de ventes en ligne vous pourrez l’obtenir pour moins cher en 24 heures, sans avoir à vous déplacer. La crise sanitaire a encore amplifié cette tendance et la valse des livraisons de toutes sortes a augmenté de façon incroyable.

C’est le consommateur, et sa façon de consommer qui oriente le commerce et les grands discounters l’ont compris : les clients achètent du prix et c’est ce comportement qui tue le commerce de proximité, dans le vélo comme ailleurs. Certaines grandes marques ont tourné le dos à la distribution classique en magasin et confient aux « braderies » du web des wagons de produits. 

Les bulles d’espoir … 

Annonce

Heureusement des bulles d’espoir apparaissent sous la forme de cafés vélos, d’ateliers de recyclage, de détaillants passionnés qui font des montages à la carte sur la base de marques alternatives au commerce de masse. Suivant la prise de conscience actuelle, qui nous fait revenir au commerce de proximité, près de chez nous en ville on verra peut-être revenir au coin de la rue un vélociste ou un café vélo chaleureux qui prendra le temps de réparer nos biclous et qui nous vendra des équipements à un prix normal. On oubliera peut-être Ali Express, Deporvillage, … pour venir tailler la bavette avec un vrai commerçant bien réel, vivant comme nous dans la « vraie vie » … Utopie sans doute, rêve certainement … j’ai espoir que ces bulles grossissent.              

À vous de voir …

Le cyclisme est un univers de passionnés et qui dit passion dit irrationnel. Peut-on blâmer celui qui mettra des milliers d’euros dans un achat passion ? … Personnellement je ne me permettrais pas, et j’ai du mal à comprendre les éternelles remarques misérabilistes exprimées par les imprécateurs de facebook. Il y a pour chaque produit un prix « normé » par le marché. Il sera celui qui est perçu comme normal au regard de sa valeur marchande et/ou affective. Certains critères : qualité, séduction, faible diffusion, … vont participer à définir cette échelle de valeur.

Le vélo est-il un sport de riches
Parfois j’hésite avant de partir rouler le matin entre mes mocassins Weston et mes chaussures Rapha … Pour le gravel je vais rester en Rapha, mais je pourrais sortir en soirée avec : elles sont tellement chic.  😉

Prenons l’exemple des chaussures, testées récemment sur Bike Café, et dont le prix a fait l’objet de nombreuses réactions ironiques voir déplaisantes. Ces chaussures se situent dans une fourchette de prix conforme à des produits concurrents cités d’ailleurs dans l’article. Nos tests portent sur l’efficacité du produit au regard de sa promesse et de sa qualité. Nous en faisons le constat et après, c’est le consommateur qui décide, en fonction de son budget et de son niveau d’exigence, d’en faire l’acquisition ou pas. Si notre commentaire sur le produit peut l’aider tant mieux. Après tout ces produits existent, et si ils se vendent, c’est qu’il y a un marché et ce n’est pas à nous de juger. 

C’est à vous de voir …  

 

Annonce
Patrick
Aix-en-Provence - Après la création de Running Café, la co-fondation de Track & News Patrick remonte sur le vélo en créant Bike Café. Il adore rouler sur route et sur les chemins du côté de la Sainte-Victoire. Il collabore en freelance à la revue Cyclist France. Affectionne les vieux vélos et la tendance "vintage". Depuis sa découverte du gravel bike en 2015, il s'adonne régulièrement à des sorties "off road" dans sa belle région de Provence.

17 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, je suis en phase avec vous, les fabricants proposent des produits haut de gamme chers et nous ne sommes pas obligés de les achetés (si on en a les moyens). Par contre, on souhaiterait aussi que vous nous proposiez des essais de produits moins chers – les moins chers. Le plaisir de rouler n’est pas toujours dépendant du matériel … Bonne journée, Frank

    • Merci Frank … nous le faisons exemple nos test Triban / Van Rysel / Go Sport comme celui-ci https://bike-cafe.fr/2019/11/rouler-en-gravel-classe-eco/ Hélas les petites marques n’ont pas de vélos presse à nous confier. Les grandes nous proposent que les modèles haut de gamme dans leur parc test presse. Nous réclamons les modèles les moins chers mais voilà quel est le contexte. Pour l’instant on ne peut pas faire mieux. Impossible d’avoir des Fuji, Saracen, Merida, … et autres marques dont tous les vélos sont vendus avant même d’arriver ne France.

      • Bonjour,

        Donc le problème (mais la lecture des magasines vélos, les vidéos des influenceurs,… nous mettait la puce à l’oreille) c’est essentiellement les marques qui ne proposent en test que le haut de gamme.

        A croire qu’ils veulent que le vélo reste confidentielle, quand bien même ils proposent des vélos « entrées de gammes » (vélo entrée de gamme qui peuvent faire rougir des vélos haut de gamme qui ont 10 ans soit dit en passant).

        • C’est l’effet « vitrine » que l’on retrouve pour d’autres produits. Regardez pour l’automobile. C’est pour cela que le consommateur doit être curieux … Souvent un vélo équipé en Shimano 105 sera aussi bien que celu qui est équipé en Dura Ace … le m^me cadre mais des centaines d’Euros en moins.

  2. Bonjour à toute l’équipe et félicitations pour votre webzine que j’ai beaucoup de plaisir à parcourir.
    En fait vous ne prenez pas parti,vous établissez seulement un constat,si je résume,vous n’avez pas les moyens…passez votre chemin.
    Comme influenceurs vous êtes bien obligés de rouler du bon coté sous peine de ne plus avoir de matos à essayer.
    Tous les influenceurs sont à la même enseigne.
    Sincères salutations sportives.
    Jean Yves.
    p.s. la comparaison avec les chaussures perso de Patrick (entre 600 et 700 euros la paire)ne s’imposait pas.

    • Merci Jean-Yves …
      Deux précisions … La première : je réfute le qualificatif d’influenceurs que tu nous épingles … J’ai horreur de cette terminologie derrière laquelle se cache une « mascarade » à laquelle les marques malheureusement contribuent. Je passe mon temps à leur expliquer que nous sommes là communiquer de l’information et lorsqu’il s’agit de tests de donner un avis sans volonté d’influencer qui que ce soi. Les « influenceurs » dont on parle sont souvent rétribués pour les mises en scène qu’ils réalisent sous forme de photos légendées.
      La seconde est que nous ne touchons rien pour les articles produits et que nous roulons du côté de l’objectivité. Il se trouve, et c’est un constat que je fais depuis plusieurs années, que les produits qu’on nous confient sont généralement bons. De façon générale leur conception a fait énormément de progrès. Nous pourrions effectivement, pour obtenir plus d’audience, jouer la carte du « râleur » cherchant dans les coins la petite bête. Nous sommes plutôt bienveillants et pas trop « tordus », ce qui nous rend suspects sans doute aux yeux de certains. En gros on n’est pas dans la mouvance facebookienne qui dit soit « C’est TOP » ou bien ou « C’est à chier » … sans aller plus loin dans l’explication.

      Après pour la photo concernant mes Weston que je possède depuis plus de 30 ans je suis d’accord que je suis allé trop loin dans la provoc, énervé par des gens que j’estimais avec lesquels j’avais roulé et qu j’appréciais et qui ont, pour se faire plaisir sur facebook, décoché les flèches de la critique comme je le disais plus haut sans fondement. Ces JM Weston prix catalogue actuel de 670 € illustrent un produit intemporel, durable, fait en France avec du cuir à l’époque tanné chez nous … Après des dizaines d’année elles ont fait le plaisir de mes pieds avec un chassage sur-mesure. Elles m’ont évité l’achat de pas de mal de chaussures « made in je ne sais pas où » … Comme les chaussures Rapha, objet d’un critique « à charge » sur facebook, elles sont à un prix « normé » en fonctions d’un certain nombre de critères ce qui expliquent le parallèle que j’ai choisi et qui encore une fois je l’admets est un peu choquant.

      Voilà Jean-Yves désolé de la longueur du propos, mais vous savez les tests et autres produits sur lequel nous travaillons nécessitent de notre part un travail. Pour un vélo reçu entre la réception, le déballage, le réglage, l’écriture, le retour du vélo, et les tests … c’est un nombre d’heures effectuées sérieusement et je ne suis pas sûr que tous ceux qui nous envient, auraient le courage ni la capacité d’arriver à produire ce que nous écrivons.

  3. Bonjour à toute l’équipe, j’ai toujours plaisir à lire vos articles. Je voudrais réagir sur le lieu de nos achats : vélociste ou internet. Dernièrement j’ai voulu acheter un collier de tige de selle Hope rouge. Je suis allé chez les vélocistes près de chez moi, j’ai la chance d’en avoir plusieurs à proximité. Aucun n’en avait en stock, normal et pas grave, mais aucun ne pouvait en commander, c’est quand même plus surprenant, car Hope ne fait pas partie de leurs fournisseurs. Que me reste-t-il comme solution : celle que je voulais éviter, c’est à dire « internet ». C’est quand même dommage !
    Bonne continuation à tous,

    Jean-Claude

  4. Dont act Patrick…j’aurai été déçu de tomber sur un m’a tu vu,j’apprécie énormément le contenu du magazine,il contribue à motiver bon nombre d’entre nous,continue à nous faire plaisir et à t’éclater sur ces belles machines dans tes très beaux paysages.
    Chaleureuses salutations à toi et ton équipe.
    Jean Yves.

  5. Bonjour,

    La bonne chose à faire, de toute façon (et je dis ça en ayant un salaire correct, je n’ose imaginer le coût pour un parent d’un couple au smic) c’est de commencer à Décathlon, et au fil des noël s’offrir une paire de chaussure, une veste, un cuissard (qui eux feront plusieurs années).

    Et c’est ce qui est difficile à juger en test : la longévité des vêtements. Mais j’imagine que certaines marques sont reconnus ?

    Ne parlons pas du vélo, mais la logique peut s’appliquer : commencer sur un triban (déjà un bon budget), et ne pas hésiter (sans se mettre dans le rouge) à s’acheter un vélo qui va durer (acier de qualité ou titane) après quelque année de pratique pour déterminer ce dont on a besoin.

    Mais même avec tout ça en tête, l’industrie du vélo en en vous envoyant que le haut de gamme en permanence renvoie l’image d’un sport hors de prix et élitiste. Et d’une façon général, il suffit de voir la concentration de vélo de route dans les villes et quartiers huppés (c’est devenu un sport de riche… de facto, alors que ce fut un sport très populaire). Je ne sais pas ce que ça dit du niveau de vie du français moyen quand son pouvoir d’achat ne lui permet plus que d’acheter de l’entrée de gamme à D4, mais c’est un autre débat.

    Encore une fois j’aime l’esprit gravel, je roule avec des gens en b’twin et en vélo de ville de temps en temps, pas de prise de tête.

    • Effectivement il faut que le gravel garde cet esprit d’ouverture. On roule ensemble sans juger le prix de la machine de son voisin. La polyvalence naturelle de ce type de vélo, la pratique « le nez au vent » sans chrono aide à un nivellement par le plaisir et pas par le « standing » du cycliste.

  6. Vu chez D4…MAILLOT VELO ROUTE MANCHES LONGUES HOMME RC500 SHIELD BORDEAUX OU BLEU.
    Très fit le maillot.
    Voila le genre d’article que l’on souhaiterait voir de temps en temps en essai dans BIKE-CAFÉ…merci d’avance Patrick.

  7. Mais quel très bon article! Je suis en phase complète avec! Le prix reste un faux problème quand on voit le développement du marché actuellement et le cyclisme reste un sport de passionnés même si nous voyons arriver une toute nouvelle clientèle dans nos magasins à la recherche de vélos électriques.

  8. Bonjour, merci pour vos précisions, je pense que c’est important de connaitre comment vous travaillez et quelles sont les relations que vous pouvez entretenir avec les fabricants. J’apprécie votre site et félicitations pour votre travail. Bonne journée, Frank

  9. Article enrichissant, sans jeu de mots ! Au-delà des priorités budgétaires d’une famille en fonction de ses revenus, il y a la notion de plaisir et d’identification personnelle. Lorsque je roule seul, j’enfile souvent ma tenue Rapha fabriquée pour partie en Chine; puis pour les sorties club, je revêts la tenue commune aux membres et fabriquée en Italie. Et pourtant, je n’y vois aucune contradiction. Là où je peste, sans rien dire sous peine de bannissement du groupe, c’est lorsque certains collègues louent l’apparence d’une tenue commandée sur Alx Exxxxxx. Si je passe chez mon vélociste attitré, ce qualificatif est important, et qu’une tenue me fait de l’oeil, je n’hésite pas, les -10% accordés récompensant ma fidélité de près de 15 ans. Bref, à chacun son éthique tant que notre jugement demeure ouvert et libre.

  10. En 1972, (hum, hum..) je roulais en cadets. Lors de la remise des maillots club à l’occasion de la venue d’un nouveau « sponsor » le président commençait son discours par:
    « Le cyclisme est un sport de riches. Pratiqué par les pauvres. » Rien de nouveau sous le soleil.
    On parle de passion. Ok. Ce qui m’interroge c’est de voir le nombre de vélos, toutes pratiques confondues, qui dépassent le prix de mon Harley Sportster acheté d’occasion 8 000€ en… 2012. Car oui, quand je descends de mon VTT ou mon Gravel, je pratique le 2 roues à moteur. Bruyant.
    De fait, dans les loisirs que je pratique, je constate que le mot passionné est souvent le compagnon de friqué.
    N’oublions surtout pas que le plaisir n’est pas proportionnel au budget.

  11. « à modèle égal en usage, le prix d’un vélo n’a pas flambé par rapport à l’inflation » ; là dessus, je ne saurais juger.
    Une chose est sûre, c’est qu’à l’heure actuelle, les marges doivent être très, très confortables, avec des prix de vélos qui me semblent fortement décorrélés de la qualité proposée.
    “What the market will bear” disent les ricains. Tentons un prix, si les gens achètent, c’est gagné. Ainsi, on voit apparaître des vélos vendus à plusieurs milliers d’euros équipés de périphériques indignes, au contrôle qualité discutable, et à la durabilité incertaine. (pédales, cintres, potences, roues et moyeux…)
    Travaillant dans un magasin de cycles, je vois passer nombre de vélos neufs répondant à cette description. Vélos que je pourrais pas raisonnablement me payer, et qui simultanément, ne trouvent pas grâce à mes yeux d’un point de vue technique.

    Le tarif des pièces détachées est lui aussi incompréhensible.
    Pourquoi une chaîne (des centaines de petites pièces, aux tolérances serrées, assemblées avec précision) coûterait moins cher qu’une cassette dont le process de fabrication semble bien moins complexe ?

    Pourquoi un pneu de vélo coûte le même prix qu’un pneu de voiture ? Ce n’est pas le prix de la matière première (un pneu de vélo pèse environ 20 fois moins qu’un pneu de voiture).
    Les coûts de R&D ne sont certainement pas plus élevés que dans l’automobile non plus…
    La main d’œuvre peut-être ? Admettons, lorsque le pneu est fabriqué au Japon, en Italie ou en Allemagne. Dans le cas de Vittoria ou Michelin, la fabrication est assurée en Thaïlande… Gageons que ce n’est pas le pays où les ouvriers sont les mieux payés.

    Bref, plus que le prix en soi, c’est l’impression d’être pris pour un pigeon, à devoir constamment faire l’épineux choix entre matériel médiocre ou hors de prix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez tous les lundis matin l'actualité de Bike Café dans votre boîte aux lettres !

Merci pour votre inscription !