Annonce
Nos produits Bike Café

AccueilMATOSKit Polar Northwave : quand la bise fut venue… Tout en Northwave...

Kit Polar Northwave : quand la bise fut venue… Tout en Northwave je suis vêtu !

L’anticyclone de Sibérie frappe à notre porte. Un temps glacial et sec s’impose partout et ne semble plus vouloir cesser… Ici et là, un vent du nord violent souffle sans discontinuer et renforce la sensation de froid.
La météo ne favorise pas les sorties longues, mais l’envie de pédaler est plus forte que tout. C’est l’occasion de tester le « Kit Polar » de Northwave, un ensemble veste et cuissard long, particulièrement étudié pour ce type de conditions.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel
Le mistral vient du nord et gifle les cyclistes – photo Anne Fontanesi

Northwave is an italian brand > Northwave è un marchio italiano

Contrairement à ce que pourrait laisser croire son patronyme anglo-saxon, Northwave est une marque italienne, fondée en 1991 à Montebelluna, en Vénétie, entre Bassano Del Grappa et Trévise. Si vous lisez les tests de vêtements que nous publions régulièrement, vous n’êtes pas sans savoir que cette région située au pied des Dolomites est le creuset de beaucoup de marques italiennes de vêtements de cyclisme. Effectivement, la tradition textile du nord de l’Italie et la proximité des montagnes, où les sports d’hiver sont rois, ont fait de cet endroit le laboratoire d’excellence de productions aux coupes très élaborées et utilisant des matières ultra-techniques, préalables élémentaires pour proposer des tenues performantes et élégantes.

Mistral, ̶m̶o̶n̶ ̶a̶m̶i̶ mon ennemi

Pour ce test, loin de l’Italie et des montagnes, j’ai choisi la Camargue en ce mois de janvier, où le mistral ne rencontre aucun obstacle pour gifler les cyclistes sur son passage. Les essais se sont déroulés sur des sorties de 30 à 120 kilomètres, dans des conditions météo à la limite de ce que je peux supporter. Même quand Météo France annonce des températures de 0 à 9 degrés, la sensation de froid est renforcée par la force des bourrasques. On a coutume de dire qu’on perd un degré par dix kilomètres/heure de vent. Avec des rafales à 90 km/h, c’est donc des températures bien en dessous de zéro que j’ai pu essuyer, particulièrement le matin et le soir, quand le mistral était à son maximum et que le soleil ne contrebalançait pas la situation.

Le mistral renforce la sensation de froid, moins un degré par 10 km/h – capture d’écran site Météo France

RPM (Rotations Par Minute)

Annonce
Annonce Urge Bikes

J’ai également choisi d’éprouver ces vêtements en variant l’intensité de mes sorties. Effectivement, la sensibilité du cycliste est différente selon qu’il roule « tranquille » ou « à fond ». Dans le premier cas de figure, il aura besoin de vêtements bien isolants, car il voudra rester au chaud pour se détendre et profiter de la balade. S’il augmente la cadence, l’effort intense lui évitera la sensation de froid, mais si ses vêtements se gorgent de transpiration, il grelottera quand même… La polyvalence d’une tenue de cyclisme dépend de l’équilibre entre deux qualités a priori contradictoires : L’isolation et la respirabilité.
Pour résoudre l’impossible équation, les fabricants développent simultanément trois stratégies : La production de vêtements complémentaires à combiner en superpositions de couches, l’utilisation de fibres ultra-techniques et la construction « en panneaux » des vestes et des cuissards.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Extreme Polar Jacket Polartec Alpha
Au revers de la veste Extreme Polar, les panneaux se succèdent et ne se ressemblent pas – photo Dan de Rosilles

Effeuillage cycliste

Pour ce qui est de l’usage « multicouches » des vêtements, vous connaissez déjà la méthode : De une à trois couches habillent le torse, en fonction de la température extérieure et de l’intensité de la sortie. On obtient ainsi la combinaison idéale, avec une sous-couche (à manches courtes ou longues) au contact de la peau, un jersey plus ou moins chaud en seconde couche et une veste ou un gilet par dessus, si le besoin s’en fait sentir.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Extreme Polar Jacket
Le bord de la manche de la veste Extreme Polar affiche une bande réfléchissante à l’extérieur, une bande anti-glisse à l’!ntérieur – photo Dan de Rosilles

Tissus high-tech

Annonce
Annonce Panaracer Alltricks

En ce qui concerne les matières ultra-techniques, les fabricants ont beaucoup progressé et rivalisent aujourd’hui d’inventivité et de prouesses technologiques, avec des textiles qui filtrent les rayons du soleil, absorbent la transpiration, sèchent très vite, sont étanches à la pluie, résistent à l’abrasion, isolent du froid, coupent du vent… Dans l’absolu, l’industrie peut pourvoir à toutes les demandes, pour tous les types de vêtements, toutes les situations météo et toutes les pratiques cyclistes. La seule limite est le coût de la recherche et du développement, qui est répercutée sur le prix des équipements.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Pad Fast Polar Bibtight
Le chamois du cuissard Fast Polar tient bien en place. Il est confortable, même sur plusieurs jours d’utilisation – photo Dan de Rosilles

Mosaïque textile

Pour finaliser des vêtements parfaitement adaptés au cyclisme, les concepteurs assemblent ces tissus high-tech en panneaux positionnés pour recouvrir telle ou telle partie du corps et améliorer ainsi le confort et la performance. Outre les tissus compressifs (comme ceux utilisés sur les cuissards par exemple) qui favorisent le reflux veineux et la récupération musculaire, ou au contraire les matières élastiques qui assureront l’aisance au niveau des articulations, on va trouver des textiles plus ou moins respirants et plus ou moins isolants sur le torse, dans le dos, devant ou derrière les manches. Effectivement, la vitesse atteinte à vélo, l’effort physique et la spécificité du pédalage induisent des besoins différents selon les zones du corps.

À l’intérieur du cuissard Fast Polar, on remarque des panneaux de polaire aux caractéristiques différentes – photo dan de Rosilles

Solution Polartec…

Pour ce Kit Polar, Northwave a utilisé des tissus de chez Polartec, un célèbre fabricant américain de textiles hautement techniques. On trouve par exemple, sur l’avant du cuissard, des panneaux en Polartec Wind Pro qui protègent les jambes de l’impact du vent et de l’air grâce à des micro-poches d’air thermiques qui gardent la chaleur à l’intérieur, sans l’aide d’une membrane laminée.
Pour la veste, c’est la célèbre fibre Polartec Alfa qui a été mise à contribution. Cette drôle de fourrure synthétique, un peu semblable à de la laine de mouton frisottée, assurer chaleur et respirabilité. Elle retient la chaleur corporelle du cycliste pour créer une couche d’air isolante, tout en expulsant vers l’extérieur la chaleur corporelle excessive et l’humidité afin d’offrir un confort optimal pendant l’activité.

… Mais pas que.

Annonce
Annonce Assos

Les tissus sélectionnés reçoivent aussi des traitements de surface efficaces et durables qui contribuent à l’isolation, à l’étanchéité et à la résistance des vêtements. Les panneaux Polartec Wind Pro du cuissard et les zones élastiques de la veste bénéficient par exemple d’un traitement de surface polymère déperlant extrêmement fin appelé DWR (Durable Water Repellent). Développé par Gore-Tex, ce traitement fait que l’eau ne fait que perler et glisser sur le tissu.
Autre exemple : le traitement Polartec Hardface qui, sur le cuissard, augmente la résistance aux frottements et protège du froid sans compromettre la douceur et la respirabilité du tissu.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Polartec Alpha
La très efficace fibre Polartec Alpha ressemble à un frisottis de mouton synthétique – photo Anne Fontanesi


Fast Polar Bibtight, un cuissard atypique

Enfilons ce cuissard justement. Les cyclistes qui, comme moi, sont habitués aux cuissard compressifs, seront plutôt décontenancés. Ici, pas de compression, le collant enrobe les jambes comme une enveloppe de laine uniformément chaude, douce et confortable. Même si des polaires différents ont été utilisés selon les zones, la sensation de contact est identique partout, celle de chaleur est immédiate, devant, derrière, de haut en bas. On peut noter l’absence de zip aux chevilles (ce qui n’est pas gênant, mais nécessite d’enfiler les chaussettes avant le cuissard). L’aspect de ce bibtight est sobre, ses fines et discrètes bandes réfléchissantes horizontales sont bizarrement placées dans le creux du genoux. Avec pour seul autre motif réfléchissant le logo de la marque situé sur le tiers supérieur gauche de la cuisse, ce cuissard d’hiver susceptible d’être utilisé de nuit, tôt le matin ou en fin de journée, est bien peu clinquant…

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Fast Polar bibtight
Au creux du genou du cuissard Fast Polar, au croisement des différents panneaux, on remarque la bande réfléchissante – photo Dan de Rosilles

Partie de jambes à l’air

À l’usage, ce Fast Polar sait parfaitement se faire oublier. C’est, à mon avis, la qualité principale que l’on peut attendre d’un cuissard. Je n’ai pas noté de gêne particulière au creux du genou par exemple, comme l’épaisseur du textile à cet endroit me l’a fait craindre lors du premier enfilage. Pas de problème d’ajustement ou de tenue non plus : Le Fast Polar reste parfaitement en place pendant le pédalage.
J’ai éprouvé ce cuissard en pignon fixe à très haute fréquence sur 120 km, sans avoir rien à redire non plus en matière de transpiration ou d’irritations. Le discret insert Northwave Explorer qui se fond dans l’ensemble avec sa couleur noire et ses petites alvéoles m’a parfaitement convenu ; même si de prime abord, l’absence de compression peut faire craindre que l’insert ne soit pas stable durant le pédalage, il n’en est rien, du début à la fin de la sortie.
J’ai également porté le cuissard plusieurs jours d’affilée sans le laver, ce qui est un très bon test pour évaluer la qualité du chamois. Je confirme que vous pourrez sans crainte enchaîner deux ou trois jours de vélos avec ce cuissard pour un long raid hivernal.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel
Le cuissard fast Polar n’est pas compressif mais enrobe uniformément les jambes d’un fourreau confortable et chaud – photo Anne Fontanesi


La plage de température idéale d’utilisation du Fast Polar Bibtight se situe entre -5° et 6°C, ce qui en fait un pur cuissard d’hiver. Pendant le test, je l’ai porté aussi sans problème entre 6 et 12°C, mais là, j’aurais préféré dans l’idéal un équipement un peu moins chaud. Au delà de 12°C, il vous faudra impérativement changer pour un cuissard plus fin, voire un corsaire ou un court selon votre sensibilité au froid.
Pour trouver un défaut au cuissard Fast Polar, c’est au niveau des bretelles et du panneau du ventre qu’il faudrait aller voir. Aux limites hautes d’utilisation (entendez aux moments les plus chauds de la journée et/ou dans les phases de haute intensité), le polaire des bretelles et du ventre a tendance à garder l’humidité qui se diffuse ensuite sur la sous-couche, créant une zone mouillée plutôt fraîche et inconfortable. Même si ce désagrément peut être anticipé en jouant sur l’ouverture de la veste pour créer une sur-ventilation, il n’est pas toujours aisé d’y penser à temps… ou de trouver le bon compromis entre la chaudière et le ventilateur. Aussi aurait-on aurait préféré un tissu plus fin et respirant au niveau du ventre et des bretelles en filet pour mieux évacuer l’humidité.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Fast Polar Bibtight
Les bretelles et le ventre du cuissard, eux aussi en polaire, peuvent piéger l’humidité lors des séquences à haute intensité – photo Dan de Rosilles

Extreme Polar Jacket : Une métisse au Palace

Passons maintenant en revue la belle et subtile veste « Extreme Polar » qui, dans ce kit, assure la protection du haut du corps.
Je dois dire que j’ai été immédiatement séduit par son esthétique sobre et sombre. L’extérieur est majoritairement recouvert d’un tissu noir moiré coupe-vent. Un autre textile, noir mat, choisi pour ses qualités respirantes et élastiques, recouvre les flancs, le dessous des bras et la bande lombaire. J’ai aimé le jeu des reflets et des matières, qui offrent à cette veste un étonnant caractère mi-sportif, mi-rock’n’roll. Je repense aux années 80, au cuir, au latex, au vinyle… des matières adoptées par les punks, sublimées par Jean-Paul Gautier ou Thierry Mugler, validées par le monde de la nuit, au Palace et ailleurs.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel
En hiver le soleil est bas, mais les reflets de la veste attireront l’attention des automobilistes – photo Anne Fontanesi

À l’intérieur de la veste, on découvre une complexe répartition de panneaux et de matières, prévus pour protéger au mieux les différentes parties du haut du corps. Le torse, le cou et le dos (sauf sur sa partie la plus basse) sont intégralement protégés par le moutonnement de la fibre Alpha de Polartec. Les flancs et la bande lombaire en sont dépourvus, laissant voir le revers du textile extérieur de la veste.
Dans les manches, c’est un fin polaire qui double le tissu extérieur. Il n’a pas le même effet isolant que la fibre Alpha, dans le sens où la couche d’air emprisonnée est beaucoup plus fine et que l’effet « amortisseur » de la chaleur est moindre : l’isolation est plus directe, plus immédiate, moins respirante. Ce choix délibéré des concepteurs est intéressant. Il permet d’avoir une coupe plus ajustée sur les membres supérieurs (pour éviter trop de prise au vent) et accentuer leur isolation. Effectivement, les bras ne sont pas actifs à vélo et sont en première ligne face aux frimas.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Camargue
Ce cheval de Camargue est tombé sous le charme des moirures de la veste Extreme Polar – photo Anne Fontanesi

(Pas) toutes options

D’autres caractéristiques intéressantes mais minimales parachèvent l’équipement de la veste Extreme Polar pour faciliter la vie du cycliste frigorifié. La fermeture à glissière est équipée d’une tirette très facile à saisir avec de gros gants, caractéristique fort appréciable en hiver. Dans l’absolu, on aurait adoré que ce zip soit à double tirette et puisse aussi s’ouvrir par le bas, pour pouvoir gérer au plus précis la régulation thermique ; mais malheureusement, ce genre de zip n’équipe encore que trop peu de vestes et de gilets de vélo.
Les trois poches dorsales sont assez volumineuses et faciles d’accès. Celle de droite est doublée par une poche zippée s’ouvrant sur le côté. On pourra y ranger un smartphone, à condition qu’il soit de petite taille : Mon vieil iPhone 5 s’y loge de justesse. Sur le devant de la veste, j’ai regretté l’absence d’une poche de poitrine, où pourrait se loger la clé de la maison par exemple.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel
La tirette du zip de la veste extreme Polar est facile à saisir avec des gants – photo Anne Fontanesi

En matière de visibilité, la veste Extreme Polar va faire jaser. En basse lumière, malgré sa couleur noire, son tissu moiré « flashe » et accroche le regard. Pour la nuit, le bas de la veste est équipé sur tout son long par une fine bande réfléchissante ; sur le devant, le logo « NW » réfléchit aussi. Mais je suppose que nombre de lecteurs argueront que cette veste noire aurait pu être d’une autre couleur, pour être plus visible. Pour ma part, je préfère une veste noire, sobre et élégante (c’est le cas ici) et assurer ma sécurité grâce à l’éclairage sur le vélo et des réflecteurs sur les parties mobiles (roues, pédales, chaussures, jambes).
La spécificité la plus intéressante de l’Extreme Polar Jacket tient à mon avis à la qualité des matériaux utilisés, qui font de cette veste un vêtement extrêmement léger et compactable. J’attache beaucoup d’importance à ce détail, parce que j’aime pouvoir ranger la veste dans une poche dorsale de jersey ou dans le bikepacking aux heures les plus chaudes de la journée. C’est un point important lorsqu’on part plusieurs jours en balade ou sur des courses d’endurance. À cet égard, l’Extreme Polar est une championne. On ne la sent pas sur soi tellement elle est légère et elle se compresse à la taille d’une mangue dans sa poche intégrée dans le revers du dos.
Pour résumer mon sentiment sur les équipements dont dispose la veste Extreme Polar, je dirais que chaque cycliste placera les priorités à l’endroit qui lui convient. Certes, cette veste n’est pas la plus équipée de sa catégorie, mais cela permet à Northwave de la proposer à prix contenu, bien en dessous de celui de certains modèles concurrents, mieux dotés en terme d’équipements, mais beaucoup plus chers.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel
Je suis pas au Palace sur le Dance Floor, mais à haute intensité sur un pignon fixe… et c’est très cool ! – photo Badaam AkaStrada

Prendre un vent, ou une veste

En pratique, la veste Extreme Polar s’est révélée extraordinaire. Elle est tellement légère qu’on ne la sent pas sur soi et qu’on l’oublie. Elle est super isolante et respirante et procure un excellent confort pendant l’activité. Que ce soit à pleine vitesse ou en balade, j’ai pu éprouver sa polyvalence en jouant sur deux tableaux : la superposition des couches et la ventilation par l’avant.
Pendant les journées les plus froides, avec des températures allant de -5° à 4°C, je l’ai utilisée en troisième couche, sur un baselayer à manches courtes et un jersey à manches longues. Mais à haute intensité et autour des 6°C, j’ai dû l’ouvrir plus ou moins pour éviter la surchauffe, le jersey étant un frein à l’évacuation de l’humidité. Pour des journées plus « douces » (de 4 à 9°C environ), je l’ai portée en deuxième couche, sur un simple baselayer à manches longues. C’est là qu’elle a trouvé ses conditions d’utilisation idéales. Sur les journées les plus douces (6-12°C), je l’ai portée sur un baselayer à manches courtes, en jouant progressivement, selon la température, avec l’ouverture du zip : col ouvert, veste à demi ou complètement ouverte.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Extreme Polar jacket pockets
Sur le côté droit du dos, une petite poche zippée permet de mettre en sécurité un smartphone ou des clés – photo Dan de Rosilles

Attention toutefois, lors des arrêts, la grande respirabilité de l’Extreme Polar ne lui confère pas les qualités isolantes d’une bonne doudoune : La veste est conçue pour tenir chaud pendant l’effort, pas pendant les pauses. Tant mieux, on s’arrête toujours trop longtemps au ravito.
Même si je ne pense pas utiliser la veste Extreme Polar sur des sorties gravel, de crainte de l’abîmer en touchant des branches dans les monotraces, je l’ai définitivement adoptée pour les sorties sur route dans le froid et le vent. Cette veste efficace, polyvalente, ultra-légère et compressible, m’accompagnera systématiquement en hiver, que ce soit pour des distances courtes, des séances à haute intensité ou des raids de plusieurs jours en bikepacking.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel packable jacket
La veste Extreme Polar se compresse aisément dans sa poche intégrée – photos Dan de Rosilles

Et mon tout est un Kit Polar

En attendant le printemps et des températures plus douces, j’ai adopté ce kit cuissard + veste, qui me rassure sur ma capacité à résister au froid et me permet de partir rouler avec l’esprit plus tranquille. j’ai pris le temps, durant ce test, de vérifier la bonne combinaison de couches selon la température annoncée et la force du vent. Les conditions météo de ces dernières semaines ont été sèches et venteuses, je n’ai malheureusement pas pu tester le kit dans des conditions plus humides ; je n’hésiterai pas à le faire, mais ici, en climat méditerranéen, pluie rime avec vent du sud, donc redoux… Je ne suis donc pas sûr d’avoir l’opportunité d’utiliser cet ensemble les jours de pluie ou de grisaille ; pas le cuissard en tout cas, cantonné à un usage strictement hivernal pour des températures inférieures à 9°C.

Northwave Polar Kit winter cycling apparel Cinelli Tutto
Veste et cuissard sont tellement isolants qu’un fort mistral ne les traverse pas – photo Anne Fontanesi

La veste par contre, pourra sans doute être utilisée sur une plus large plage de températures, par exemple sur un seul jersey fin, en l’ouvrant ou l’enlevant s’il fait trop chaud.
Avec son prix modéré et ses qualités techniques, cet ensemble est parfaitement adapté à mes attentes et mes besoins. Je suis un pratiquant intensif (environ 15.000 km/an) et exigeant sur la qualité de mes équipements, mais j’habite dans une région où les conditions météo glaciales sont rares : J’affronte des températures inférieures à 9°C très ponctuellement, sur une période de trois mois par an. Cela doit représenter 10 à 20 sorties par an seulement.
Le Kit polar me paraît donc être le bon choix pour ceux qui, comme moi, veulent rouler dans d’excellentes conditions quand il fait le plus froid, sans investir trop dans des équipements qu’ils utiliseront peu souvent.

KIT POLAR NORTHWAVE :

Extreme Polar Jacket 159,99€

Fast Polar Bibtight MS 159,99€

POUR COMPLÉTER LE KIT POLAR :

Surface jersey LS 64,99€

Fahrenheit Jersey 84,99€

Fast Polar Gloves 52,99€

Northwave Polar Kit winter cycling apparel
Malgré des températures glaciales, le Polar Kit de Northwave donne envie d’aller pédaler – photo Anne Fontanesi
Annonce
Dan De Rosilles
Dan De Rosilleshttps://www.strava.com/athletes/5149425
Dan vit à Arles et sur son vélo. Il concocte des itinéraires de route et de gravel aux petits oignons pour lui, ses amis et les membres des clubs Strava qu'il administre : Arles Gravel, Mi-Fixe-Mi-Gravel, Cyclistes Arlésiens Longue Distance (CALD) et Arelate Denta Rota Fixa. Il aime le pignon fixe, la longue distance, le bikepacking, la pêche à la mouche et la bière artisanale. Il produit des textes et des photos publiés sur Bike Café et plus ponctuellement dans la presse papier.

4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    bravo pour la finesse du test et le contrôle de plusieurs points.
    oui la petite poche pour clé de maison ou antivol, la poche arrière n’est pas la plus pratique.
    cette veste semble bien conçue, mais comme vous le redoutiez la couleur me laisse perplexe : pourquoi ces fabricants sont encore à l’époque du noir majoritaire.
    les petites bandes réfléchissantes sont ridicules en pleine nuit.
    j’ai regardé leur catalogue : noir et gris largement majoritaire. 2 vestes jaunes fluo, comme si il n’y avait pas plus de couleurs claires ???
    dommage.
    en tout cas merci du test complet

  2. Bonjour,
    Félicitations pour votre article et à bike-cafe de façon générale
    Je possède une veste en polartec alpha dont je suis très satisfait
    Mais j ai beaucoup de difficulté à trouver des gants d’hiver adapté
    Pouvez vous me donner votre avis sur les gants fast polar de northwave en polartec alpha que vous avez essayé dans cet article
    En vous remerciant de votre réponse
    Cordialement

    • Bonjour,
      Je n’ai malheureusement pas pu essayer les gants Fast Polar, les miens sont d’une autre marque, j’indique seulement à la fin de l’article quels gants, baselayer et jersey correspondent à la tenue. Mais à mon avis vous ne risquez rien, la fibre Polartec Alpha est aussi efficace dans des gants que dans une veste.
      Merci de nous lire,
      Dan

  3. Bonjour
    sur la base de votre article je me suis jeté à l’eau pour commander une veste Northwave Extreme polar que j’ai trouvé en promo à vraiment pas très cher (comparée à d’autres marques). 1er essai ce matin en conditions froides (givre épais sur les voitures, 2°C max), pas de vent, ni pluie : avec un bon merinos (70% Merinos) manches longues seulement je suis bluffé… même à 50km/h en descente, elle est TRES performante et effectivement, incroyablement légère
    Reste à voir la tenue dans le temps (résistance aux accrochages des ronces dans un single de gravel, vieillissement aux lavages répétés…) et sous des pluies fines intermittentes (je suis conscient que ce n’est pas une veste de pluie)
    merci en tout cas de cette belle découverte car je n’avais jamais eu d’article de cette marque

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur

Newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion et recevez l'actualité de Bike Café chaque semaine dans votre boite mail !