Annonce
Annonce 226ERS

AccueilMatosGuides pratiquesLe petit guide des lunettes de vélo : afin d'y voir plus...

Le petit guide des lunettes de vélo : afin d’y voir plus clair

Pour les pratiquants sportifs, la vue et la protection oculaire sont essentielles. Les lunettes de vélo se sont banalisées en devenant un équipement commun de la panoplie du cycliste et même un accessoire de mode. Au moment de les choisir, vous devez néanmoins vérifier certains critères, en fonction de votre vue et de votre pratique. De nombreux progrès ont été réalisés dans ce domaine et aujourd’hui les cyclistes disposent d’un très large choix qui va leur permettre de trouver la bonne paire de lunettes. Bike Café vous propose ce petit guide pour vous aider à trouver celles qui vous conviendront le mieux.

Depuis toujours

La protection des yeux sur le vélo n’est pas une préoccupation nouvelle. Les « Forçats de la route » roulaient dans des nuages de poussières sur des routes qui ressemblaient plutôt à des chemins. Ils avaient adopté des lunettes de motard ou d’aviateur sans branche, tenues par un élastique derrière la tête. Plus tard Louison Bobet, Fausto Coppi… les élégants du peloton portaient les mêmes lunettes de soleil que celles qu’ils utilisaient l’été, en bord de mer. Faute de lentilles et de lunettes adaptées, Laurent Fignon, dans les années 80, roulait avec ses petites lunettes à monture métallique qui lui valurent le surnom de « professeur ».

Annonce
Annonce Trek

L’histoire de la lunette sportive de vélo a suivi l’évolution des technologies d’optique et les dernières innovations vont jusqu’à inclure dans les verres la visualisation des données transmises par vos outils électroniques. On s’éloigne de l’usage d’origine pour apporter de nouvelles fonctionnalités plus proche de l’écran d’ordinateur que de celle de nos « binocles » d’antan.

Quel cycliste êtes-vous ?

Le premier critère de choix des lunettes est esthétique. Le style attire l’œil, mais est-ce que l’œil sera d’accord avec le look que vous voulez lui imposer ? On peut être inspiré par tel ou tel champion et la paire de lunettes peut devenir un accessoire qui vous permettra de ressembler à votre idole. Certaines marques jouent cette carte et mettent en scène leurs ambassadeurs dans leurs campagnes de pub ; et ça marche ! Ça fonctionne d’autant mieux que financièrement il sera plus facile de jouer le mimétisme avec votre champion préféré au niveau de ses lunettes, que de vouloir vous offrir le même vélo que lui.

Choisir ses lunettes de vélo
Quel cycliste êtes-vous ?

Le type de lunettes doit correspondre à votre pratique cycliste. Certains roulent décontractés et les portent plutôt lifestyle, d’autres plus sportifs choisissent des modèles galbés plutôt race inspirés par les coureurs pros ; les prudents gardent sur le nez leurs verres correcteurs usuels : tout est permis. Bike Café vous propose d’ouvrir les yeux sur les options qui peuvent guider vos choix.

La pratique sportive

Choisir ses lunettes de vélo
Portées par un grand champion, les lunettes peuvent être séduisantes – Photo Oakley
Annonce
Annonce Hutchinson Caracal

Dites moi quelles lunettes vous portez et je pourrais deviner quel cycliste vous êtes ! Chacun son style et aujourd’hui le choix est large. Depuis l’avènement des sports outdoor, la notion de transversalité des pratiques a fait évoluer l’offre. Une paire de lunettes de qualité est relativement chère et pour ceux qui pratiquent plusieurs sports, il faut obtenir le meilleur compromis.

Les formes

Larges, galbées, avec contours, verre total, branches droites ou courbées… le design de la lunette vélo suit les modes, les tendances et ces différentes formes sont à considérer en harmonie avec le casque. Lorsqu’on choisit des lunettes de vue et si on a affaire à un bon opticien, généralement le choix de la monture tient compte de la forme du visage et de la largeur du nez… Les lunettes de vélo devraient obéir aux mêmes principes, ce qui n’est pas souvent le cas. Pour le nez, préférez des « pinces nez » réglables ou interchangeables.

Pour les branches, essayez vos lunettes avec votre casque, afin de voir si celles-ci se placent bien. Si les branches viennent buter contre le l’arrière du casque il y a de fortes chances qu’elles se mettent à avancer sur votre nez, ce qui sera gênant. Sur Bike Café nous faisons souvent des tests associant les deux : c’est le cas du test du casque KASK Protone et lunettes Supernova KOO réalisé par Hugo ou celui de Dan sur le Casque Limar Air Stratos et lunettes Argo.

Test des lunettes Oakley Sutro Lite
Le style masque illustré par les Oakley Sutro testées par Gabriel en 2021, ce modèle est toujours au catalogue.

Le style masque qui offre un champ de vision optimal ne conviendra pas aux petits visages. Un écart trop important entre le nez et les verres peut laisser passer des petits insectes, de la poussières et même de l’air ce qui peut être désagréable dans les longues descentes.

Les verres

Quand on dit les verres, il s’agit en fait la plupart du temps de polycarbonate. Étant de la génération Fignon, je roulais dans les années 80 avec des RayBan cerclées de métal doré et lors d’une chute un peu grave, le verre s’est cassé entaillant mon visage ; heureusement mon œil n’a pas été touché. La composition des verres actuels les rend plus légers et surtout, ils ne se cassent pas en cas de choc.

Ces nouvelles matières permettent d’obtenir des formes galbées plus protectrices. Les verres doivent assurer la protection solaire mais également, notamment en gravel, contre les agressions possibles des poussières des pistes, des branches des arbres…

Certaines marques proposent des verres interchangeables qui permettent d’avoir un verre blanc de protection si le soleil est résolument caché, ou si on roule de nuit et un verre solaire. C’est une solution intéressante si on part en voyage bikepacking avec des conditions lumineuses qui vont forcément évoluer.

Choisir ses lunettes de vélo
Le traitement oléphobe peut vous aider – photo Laurent Biger

Les verres peuvent recevoir des traitements. Le plus intéressant est l’antibuée qui est le plus utile lorsqu’on est à vélo. Le traitement hydrophobe permet de faire glisser l’eau sur le verre évitant les gouttelettes qui gênerait la vision. Le dernier traitement que l’on trouve généralement sur ces verres est l’oléophobe qui en offrant une surface lisse évite l’adhérence de saletés (insectes, boue…), comme illustré sur la photo de Laurent qui roule sur ses piste de la Meuse souvent boueuses.

La filtration

Généralement les lunettes de vélo sont choisies pour offrir une protection solaire. Cette protection répond à une norme qui définit cinq catégories :

  • Catégorie 0 : les verres sont transparents ou très légèrement teintés. Ils offrent très peu de protection contre l’éblouissement du soleil (filtration entre 0 et 19 % de la luminosité). On les réserve aux temps pluvieux ou lorsqu’on roule de nuit.
  • Catégorie 1 : les verres offrent une faible protection (entre 20 et 57 %). On les choisit lorsque le ciel est nuageux ou en cas de brouillard par exemple, on peut dans ce cas les choisir de couleur jaune.
  • Catégorie 2 : les verres offrent une filtration plus importante (58 et 82 %) pour les périodes partiellement ensoleillées avec une luminosité moyenne.
  • Catégorie 3 : c’est la catégorie qui est la plus généralement choisie (83 à 92 %). Elle convient à la plupart des ensoleillements avec une protection anti-UV optimale. À choisir par temps ensoleillé avec une forte luminosité.
  • Catégorie 4 : les verres filtrent jusqu’à 97 % de la lumière. Ils sont rarement proposés pour le vélo et principalement réservés à l’alpinisme et au nautisme pour lutter contre la réverbération du soleil qui peut brûler la rétine ! Notez que la conduite est interdite avec cette catégorie de verre.

Les technologies

On mesure les progrès technologiques réalisés sur les lunettes de sport par l’éventail des technologies proposées.

  • Les verres Iridium : ce sont ces verres miroir qui offrent un look très « race » aux lunettes cyclistes. Il procure un look très affirmé qui vous obligera à appuyer fort sur les pédales si vous ne voulez pas être ridicule. Ils ont l’avantage de réfléchir efficacement la lumière en cas de forte luminosité.
  • Les verres polarisants éliminent les reflets de surfaces de la route et améliorent les contrastes.
  • Les verres photochromiques : ils sont particulièrement appréciés pour le vélo car ils permettent de s’adapter automatiquement à la luminosité ambiante. Généralement ils évoluent entre les catégories 2 et 3 et permettent de passer d’une zone ensoleillée à un zone assombrie et inversement. C’est la vitesse de transition qui sera le critère important à observer lors de votre choix.

La couleur des verres

La couleur des verres a également sont importance. Elle n’est pas là pour faire joli et il convient de faire le choix non pas sur des critères esthétiques, mais plutôt sur les caractéristiques suivantes :

  • Le brun : accentue les contrastes et les détails, il est donc naturellement recommandé aux myopes. C’est une des couleurs les plus confortables pour les yeux et elle sera parfaite pour les yeux sensibles.
  • Le jaune/orange : augmente les contrastes et le relief. Ils sont conseillés pour tout type de correction. Il est idéal pour offrir une protection par temps couvert et permet de réduire la fatigue visuelle. De nuit cette couleur réduit les éblouissements.
  • Le vert : convient également à tout type de correction, mais il est préférable de porter ces verres lorsque l’ensoleillement est faible.
  • Le gris : est plus adapté aux hypermétropes car cette couleur procure une bonne restitution des couleurs naturelles et réduit l’intensité lumineuse.
  • Les couleurs bleue/rose : n’ont pas la cote auprès des opticiens. J’ai pourtant constaté que le rose apportait un gain de netteté dans les environnements très verts.

La correction

Test lunettes Optilabs
Le test que nous avions effectué sur des lunettes Optilabs en 2020.

Ce problème m’a suivi toute ma vie sportive. Dans les sports de ballon d’abord où c’était le pire, notamment pendant ma période hand-ball. En vélo, avant de bénéficier de lentilles, je portais ces fameuses RayBan aux verres très larges et protecteurs. Pour la plongée sous-marine j’avais un masque spécial avec des verres correcteurs collés. Pour la montagne et le ski j’avais trouvé la marque Demetz qui proposait de « fausses lunettes arrondies » avec coques. Le verre était plat, mais la monture protégeait des reflets et de la réverbération. Les pathologies visuelles touchent de plus en plus de monde et la recherche de correction visuelle sur des verres de plus en plus élaborés est particulièrement active. Les possibilités sont toutefois limitées dès lors que l’on voudra des verres galbés avec des corrections importantes ou particulières.

Choisir ses lunettes de vélo
Pas trop le choix fin 70… pour moi c’était des RayBan avec verres correcteurs – photo François Birukoff

Le système Koo Optical Clip repose sur Une petite monture binoculaire très légère, sur laquelle on fera monter des verres de vue. Elle viendra se clipser à l’intérieur des modèles Spectro et Demos. Le système est pratique, sûr et rapide à monter et à enlever. Son poids est hyper léger : 1,8 g.

La marque Ekoï, bien connue dans le monde du vélo, s’est lancée sur ce créneau en proposant 2 types de corrections. Sont concernés les modèles « Sportswear » : PARADISE / SPORT FASHIO et les modèles « Courses » : PERSOEVO9 / PERSOEVO10 / SPORT OPTICAL

Les PREMIUM70 et 80 proposent un insert optique avec des verres correcteurs à votre vue (ces inserts se clipsent sur le pont de nez à l’intérieur de l’écran) comme les Koo.

Les lunettes connectées

En 2019 nous avions déjà pu découvrir le modèle EVAD-1 de Julbo qui utilisait une technologie Activelook de Microleed (une société leader dans le domaine des microdisplay OLED) pour afficher des informations telles que le BPM (battements par minute), la vitesse… ou bien encore la distance. Avec sa connectivité Bluetooth, cette technologie semblait prometteuse pour offrir aux sportifs toujours plus d’informations, consultables directement grâce aux lunettes ou dans l’application dédiée qui complète le dispositif.

Depuis la recherche évolue ; nous avons rencontré la marque Engo lors du dernier Roc d’Azur. La visée haute permettant d’afficher vos données au travers du verre de vos lunettes n’est plus de la science fiction, mais bien une réalité. Cette marque en fait la preuve avec une deuxième évolution de ses modèles. Un premier modèle sera plus orienté course à pied avec un masque plus étroit et un second, plus large, sera dédié au vélo. Affaire à suivre et sans doute à tester.

Pour conclure

Nous sommes loin des années pionnières du vélo où le choix était quasiment inexistant. Aujourd’hui c’est presque l’inverse : le choix est énorme et il n’est pas facile de se repérer dans cette jungle oculaire. Ne vous limitez pas à un choix uniquement basé sur l’esthétique, même si ce critère est également important. Pensez au confort, à l’ergonomie en fonction de votre visage et à l’association avec votre casque. Allez dans le détail pour la couleur des verres et leur technologie en fonction de vos conditions habituelles d’utilisation.

Retrouvez tous nos guides

Annonce
Patrick
Patrick
Aix-en-Provence - Après la création de Running Café, la co-fondation de Track & News Patrick remonte sur le vélo en créant Bike Café. Il adore rouler sur route et sur les chemins du côté de la Sainte-Victoire. Il collabore en freelance à la revue Cyclist France. Affectionne les vieux vélos et la tendance "vintage". Depuis sa découverte du gravel bike en 2015, il s'adonne régulièrement à des sorties "off road" dans sa belle région de Provence.

3 COMMENTAIRES

  1. Dommage de ne pas avoir mis à jour vos connaissances sur la marque Demetz qui a aujourd’hui un catalogue de lunettes de sport correctrices très complet : cyclisme, running, …. hand-ball….

    Utilisateur de cette marque depuis près de dix ans en vélo/running/randonnée, j’utilise des modèles avec un clip optique qui vient se positionner sur le nez de la monture. Ce qui autorise un certain galbe dans la monture.

    • En effet, la marque Demetz semble très intéressante, ils proposent différentes solutions pour ceux qui ont besoin de correction optique, pas seulement les clips. J’ai eu un peu de mal, ceci dit en passant, à consulter leur site (j’ai du changer de navigateur). L’ennui, c’est que leur produits ne sont accessibles qu’en magasin, ce qui veut dire seulement en France… (J’habite en Belgique).

  2. En effet, la marque Demetz semble très intéressante, ils proposent différentes solutions pour ceux qui ont besoin de correction optique, pas seulement les clips. J’ai eu un peu de mal, ceci dit en passant, à consulter leur site (j’ai du changer de navigateur). L’ennui, c’est que leur produits ne sont accessibles qu’en magasin, ce qui veut dire seulement en France… (J’habite en Belgique).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Renseignez votre commentaire
Renseignez votre nom

Articles similaires

Du même auteur