Lorsque l’on parle Gravel bike, au comptoir du Bike Café, on ne s’ennuie pas  … Les sujets abordés peuvent partir dans tous les sens : normal, le domaine d’usage des vélos de Gravel est beaucoup plus vaste et diversifié que celui de nos amis cyclosportifs. Parmi les sujets qui nous entraînent dans des échanges animés, celui du choix des pneumatiques figure souvent dans le peloton de tête. On va parler de section entre 28 et 40, de dessin de la bande de roulement, de tubeless ou pas, de résistance aux outrages qu’ils subissent, …

Quel pneu choisir ?

La réponse n’est pas simple et en dehors de l’affect que chacun peut avoir pour sa propre monte de pneumatique il convient de prendre un peu de recul par rapport à ces échanges parfois passionnés. J’aurais tendance à dire « Dis-moi où et sur quoi tu roules et ensuite on pourra parler ? …« 

« Dis-moi où et sur quoi tu roules ? …« 

Le propre du Gravel : vélo polyvalent, est de pourvoir rouler sur toutes les surfaces : routes, chemins, pistes, sentiers, … Selon la proportion de type de revêtement sur lequel vous allez rouler vous avez déjà une partie de la réponse. Si vous faites généralement 70% de route ce ne sera pas le même choix que si vous faites 70% de sentiers cabossés. Si vous avez décidé de faire la French Divide, ou si vous allez de temps en temps sur les chemins dans votre coin votre choix sera évidemment très différent.

Et le 650b ? … Nouvelle tendance pour prendre du ballon : diminuer la taille de la roue et augmenter la section du pneu. On arrivera à la même circonférence mais ça changera tout. Voir notre article sur le 650b.

Track & News
Il ne faut pas se tromper dans le choix de la section – Photo ©Philou

Le pneu sans chambre « tubeless » a son « fan club » … Venu du VTT il progresse dans le domaine du Gravel et sur la route. Il faut avoir des jantes généralement « tubeless ready » aptes à recevoir ce type de pneu. Le montage est plus délicat que le pneu avec chambre mais il présente quelques avantages comme la diminution du risque de crevaison lié au pincement. Généralement, les crevaisons lentes se gèrent sans démontage grâce au préventif (liquide de colmatage que l’on introduit par la valve). Parmi les avantages, il y a aussi la faible pression de gonflage de ces pneus, qui permet d’offrir une meilleure adhérence sur les terrains difficiles, et qui apporte plus de confort. Voir notre sujet sur la réparation des « tubeless ».

Sur les hauteurs de Marseille vers la la Croix de St Marcel - photo ©Sergueï
Sur les hauteurs de Marseille vers la Croix de St Marcel – photo ©Sergueï

Sergueï qui roule sur les falaises entre Marseille et Cassis sur son antique cyclocross Alan témoigne « Vaste question ! Chacun a sa pratique, et sa vision de la chose. Personnellement, un « gravel » pour moi, c’est un vélo qui est à l’aise sur route ET sur sentiers. C’est mon seul vélo et par conséquent, j’exclus les gros crampons, qui me ralentiraient trop sur l’asphalte. Par chez moi, les chemins sont très rocailleux. Il faut donc une grosse section pour garder un peu de traction, et des pneus tubeless pour éviter tout pincement de la chambre. Avec tous ces critères, les Schwalbe G-One en 35c se sont imposés d’eux-mêmes, et je n’en suis pas déçu. Par contre la prochaine paire sera en 40c ».

Luc de son côté préfère une section plus petite : « Ma pratique étant la même que Serguei, mixte entre route et gravel, je me suis orienté vers des pneus tubeless plus fins en 33 voir 35 : j’ai opté pour les Trigger de Spé.« 

Mais la chambre à air a toujours ses adeptes : Sophie par exemple, qui a participé à la French Divide, nous explique son choix  » J’ai choisi des WTB Nano 40 avec chambre à air … Je n’ai pas eu de soucis, gonflés à 5,5 environ … deux crevaisons seulement … Mais le terrain était sec … Matinée humide dans les Pyrénées et là, par contre j’ai souvent glissé et chuté sur les pierres humides … Au terme des deux semaines mon pneu arrière est bien usé ( mais pas mort…). » Depuis Sophie a testé récemment des Compass Barlow en 38 sur un trajet Lille Toulouse en « tube » puis « tubeless » ( majoritairement sur routes mais aussi sur chemins….). « Je dirais que c’est un choix à considérer très sérieusement : très bon rendement sur route et un confort exceptionnel sur les parties moins « lisses » : clairement l’impression de rouler sur de la moquette … Incontournables pour qui veut rouler loin, longtemps en se ménageant ! Un peu chers néanmoins.« 

Peter a fait également un choix plus cramponné : « Chez moi ce sont des sentiers forestiers et un peu de graviers. J’ai choisi des Maxxis Ramblers en 40. »

Une autre tendance apparaît au travers du choix d’un couple « roues / pneus » … C’est le cas de Gabriel  « Étant en roues de 29 VTT je triche un peu. Je roule actuellement en Continental Attack : pneus de cross country car j’ai des roues Duster élite plutôt lourdes mais qui font vraiment le boulot en descente. À terme ce seront deux trains de roues : un très light avec des semi-slick pour mes longues sorties et un autre plus cramponné pour me lâcher dans le technique.« 

Chemins du nord - ©Manu Hus
Manu utilise comme Sophie des WTB Nano 40 avec chambre à air sur les chemins du nord – ©Manu Hus

François qui administre la page facebook Gravel France (1300 abonnés) conseille quelques pneumatiques qu’il a pu tester. Ce sont plutôt des modèles aux sections généreuses : « Rambler 40C, VEE rail 40C , WTB Raddler 37C ou 45C, WTB NANO, Clement X-plor 40C. Pour moi 38 à 45C sont les tailles idéales.« 

Antoine et d’autres adeptes des sorties avec une belle proportion de route … ont opté pour des Conti 4 Season en 32 qui conviennent très bien sur des parcours plus roulants. C’est également mon choix sur mes roues plus route. Pour Yan, ce seront des Challenges Chicane Pro Séries flan crème 700X33C. Pour Smolly ce sont des Yksion Elite Allroad 30 tubeless avec lesquels il a déjà fait 3500 km. Pour l’hiver il a monté des Challenge Gravel Grinder + en 33 pour un bon compromis feuilles au sol et terrain gras.

D’autres comme Gael avouent ne pas avoir encore trouvé l’idéal … Normal c’est une nouvelle pratique on s’essaye, on tâtonne, on évolue dans sa pratique, et parfois les choix du début ne correspondent plus aux terrains plus accidentés sur lesquels notre envie nous pousse.

Schwalbe Marathon+
Philipe ne fait pas du cinéma avec ses Schwalbe Marathon+ – photo ©Philou

Philippe fait un usage immodéré de son Rose. C’est lui qui a fait la belle photo que j’ai mis « à la une » de cet article. « Après quasiment 9000 km en un an, j’ai utilisé des Schwalbe racing Ralph section 33 avec chambre pendant tout l’hiver sur tout type de terrains : chemins secs et boueux (forêt et campagne), cailloux et petites routes (30%). Très bon comportement, résistants et assez confortables. À partir du printemps et avec un temps moins pluvieux je suis passé aux Schwalbe Marathon+ section 32 (avec chambre ) sur les mêmes types de parcours en région parisienne. Vraiment très bien. Il faudrait une section un peu plus large pour le confort. Je les ai utilisés sur des parcours très caillouteux, rugueux et délicats dans la montagne Cantalou, excellent rendement et bonne accroche malgré le peu de crampons. Moins confortables que les racing Ralph. Mon copain Patrice, cyclocross man de haut niveau, roule en mode gravel depuis plus de 3 ans avec. Il en est ravi : aucune crevaison. Prochainement sur les conseils de François, montage de pneus Vee rail section 40. Avec du recul et pour mon utilisation je vais privilégier la largeur de la section des pneumatiques.« 

Frank qui possède une sérieuse expérience du Gravel témoigne : « Je roule à 70% sur « gravel » : pistes et allées forestières avec racines, sable ou chemins à travers champs en utilisant des pistes cyclables et des routes entre les deux. J’ai commencé à rouler avec des pneus CX en 700X33 (en chambre) et j’ai vite abandonné : trop fragiles, crevaisons à répétition, manque de confort pour une utilisation pour des sorties de + de 2 h. J’ai donc adopté des pneus vtt Maxxis TREAD LITE 29×2.10 EXO Tubeless ou des Kenda Pneu FLINTRIDGE Pro DTC/KSCT 700c 40 mm. Maintenant je passe partout et je ne crève plus …. « 

Les fabricants de pneus s’intéressent au Gravel

Lors de l’Eurobike 2015 il fallait chercher pour trouver quelques pneus qualifiés de Gravel … Mavic s’était mis au « All Road » (voir notre article), Schwalbe proposait son G-One, … et on trouvait des pneus de CX si on voulait des crampons. En 2016 l’offre s’est largement ouverte et les pneus de Gravel étaient partout sur tous les stands.

hutchinson-overide
Hutchinson Overide monté sur un Caminade Espresso – photo ©PDM

Plus récemment au Roc d’Azur nous avons vu le nouvel Hutchinson Overide sur lequel on a roulé pour un essai du Caminade Espresso … Il sera disponible en magasin début 2017. De son côté Michelin prépare quelque chose … nous a-t-on confié sur leur stand lors du Roc d’Azur.

Le distributeur Cycletyres qui observe ce marché au travers de ses ventes en ligne nous donne son avis sur ce marché : « Le Gravel en France en est à ses débuts. Ainsi l’offre existante, assez réduite, est en train d’être étoffée car de nombreuses marques y ajoutent des produits (comme Hutchinson avec son pneu Overide). D’une manière générale la marque Schwalbe, une des premières à proposer des pneus sur ce segment, tire son épingle du jeu. Le modèle G-One est plébiscité pour son côté roulant. Le Smart Sam (plus cramponné) est également apprécié.« 

Quelle section choisir ? Là encore la réponse est liée à l’usage. En Gravel si on roule sur du 700 ce sera entre 28 et 40 de section et généralement la section de 32 ou 35 sera le bon compromis pour assurer du confort tout en offrant quand même un bon rendement.

Alors le pneu de Gravel idéal existe-t-il ? … Cycletyres ne le pense pas « Le pneu idéal n’existe pas encore à notre connaissance … En fonction du terrain sur lequel vous souhaitez évoluer, il faudra vous orienter sur un profil plus ou moins marqué. » 

Les pneus de « première monte »

Lorsque vous achetez un vélo de gravel le constructeur a souvent fait un choix roues / pneus pour vous et ce choix peut être dicté par des contingences de volume d’achats. Parfois, et même souvent, le choix est pertinent et on trouve souvent des Schwalbe G-One ou des Clément, qui sont de très bons pneus, montés de base sur les vélos de Gravel. Ce choix est également le résultat d’un compromis et si vous envisagez un usage très « typé » il faudra soit négocier au moment de votre achat un échange ou alors penser rapidement à changer vos « boudins ».

Certaines marques ont leurs propres « boudins ». Giant par exemple monte des Giant P-SLX 2 en 35 sur son Revolt. On a testé le vélo cet été avec 1000 km dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône : 0 crevaison. Specialized n’est pas en reste avec deux pneumatiques adoptés en Gravel : le Sawtooph qui est monté de base sur le récent Sequoia et le Trigger plus cranté qui se décline en différentes versions.

Généralement ces pneus de « première monte » vont vous permettre de faire vos premiers tours de roues sur vos terrains mixtes. Vous jugerez rapidement si ce choix est le bon. C’est en forgeant qu’on devient forgeron et c’est en roulant sur vos propres sentiers que vous affinerez vos choix …

En conclusion

Vous avez compris que le débat n’est pas prêt de s’interrompre. Les choix évoluent, l’offre des fabricants de pneumatiques s’élargie, … le dossier est loin d’être clos. En espérant que ce survol vous aura aidé à « défricher » le terrain. Vous pouvez continuer le dialogue sur la page facebook Gravel France ou en réagissant dans les commentaires de cet article.

Le groupe fb Gravel France

5 COMMENTAIRES

  1. un tableau avec les tailles max de pneus montés sur son gravel serait intéressant (avec photos si possible), car comment savoir si ça passe avant d’acheter?

  2. Venant du VTT, j’ai naturellement opté pour des SCHWALBE G-ONE 700x35C (tubeless) sur mon Gravel.
    Après plus de 4000 km effectué sans la moindre crevaisons, je les change pour des SCHWALBE G-ONE 700x38C (tubeless) et là malgré une forte expérience en montage de tubeless et un bon compresseur, IMPOSSIBLE de les faire « claquer » sur les gentes ? Je viens donc de commander des HUTCHINSON OVERIDE 700x38C en version chambre à air.

    J’espère ne pas rentrer dans une spirale de crevaisons à répétitions.

  3. Bizarre cette histoire de 38C qui ne se montent pas … Un conseil pour les faire claquer fait un montage à blanc avec une chambre … Tu fais claquer, tu retires la chambre, tu installes ta valve tubeless, tu remontes le côté que tu as dû démonter pour retirer la chambre … et là normalement si tout va bien ça claque tu n’as plus qu’à dévisser l’obus pour mettre du préventif …
    Pour les Overide 38 nous les avons monté en tubeless sans problème … bien qu’ils soient mentionnés pour chambre à air … Philippe roule avec depuis un moment.

LEAVE A REPLY